Une berceuse nommée Inter

Logo_France_inter_1978quand-jean-louis-foulquier-se-souvenait-de-ses-annees-france-inter,M135137France Inter a 50 ans. Un de ses enfants, Jean-Louis Foulquier, est décédé mardi dernier à 70 piges. Une voix et un timbre reconnaissables parmis des milliers d’autres. Comme celles et ceux de José Arthur, Noëlle Breham, Pierre Bouteiller, Criss, Marcel Julian, Patricia Martin, Ivan Levaï, Eve RuggieriClaude Villers, Pierre Desproges et Luis Régo, Rebecca Manzoni, Michel Polac, Patrice Bertin, Macha BérangerPierre Weil, Denis Astagneau, Gilbert Sans-titre-1Denoyan,  Jean-Luc Hess ou Frédéric Lodéon..et tant d’autres que j’oublie…volontairement ou pas !! C’est un patchwork de tessitures, de personnalités et d’humeurs…qu’on écoute en semaine ou le week-end à toute heure du jour comme de la nuit. Un rendez-vous (une communion pour certains) quotidien ou hebdomadaire. On va à safe_image.phpla messe comme on écoute le fleuron de Radio-France. Et ce depuis 50 ans…et pour beaucoup de monde (dont ma mère !). Bref, une institution voir une religion. J’en ai passé INTER_1988_ton_dessus_dimanchedes gouters , des dîners ou p’tits déj à table avec le transistor en fond sonore à écouter « Pollen », « Le Masque et la plume » ou « L’oreille en coin ». » Ecoutez la différence » ou « La voix est libre » disaient les slogans entendus sur l’antenne ou vus dan le métro. J’m’en suis gavé des interviews du matin de politicards endormis, des « Jeux des Mille Francs » présentés par Lucien Jeunesse (« CheeEErs ammMMiiIISS…BONjouUUr !! ») en direct de la Motte-505037646beuvron, ou encore une « Radioscopie » de Chancel qui questionne Georges Esprit-France-Inter-es-tu-la_article_mainMarchais sur « …et Dieu dans tout ça ? ». Un ton, une insolence, un repaire de gauchistes pour beaucoup, de la pertinence grâce à Claude Villers et son « Tribunal des flagrands délires », à Desproges et ses « Chroniques de la haine ordinaire », au « Pop Club » de José Arthur capable de « tenir l’antenne » le temps que son invité arrive.

432768-la-bande-de-france-inter-autour-du-boss-637x0-1Beaucoup d’esprits libres, cultivés et parfois « casse-couilles »,ouverts aux autres (à eux-mêmes) et au monde (« …wouaaaaAAAhhHHH… »), fiers de défendre une radio fi_bern_2007plurielle et tolérante mais « se prenant parfois le chou et voulant donner des leçons aux auditeurs et à l’univers » comme Stéphane Paoli, Pascale Logo_France_inter_1967ClarkDaniel Mermet ou Nicolas Demorand Thierry-Le-Luron-En-89-je-partirai-a-la-conquete-de-l-Amerique_article_landscape_pm_v8aux égos sur-dimensionnés ! France-Inter est un style, une école pour 2973 Mourousi Actualités magazine 1979 photo Picardbeaucoup: Elkabbach, Mourousi, PPDA et tant d’autres y ont fait leurs premières armes (même Thierry Le Luron y a sévit une saison le samedi à 9h !). On y est nettement moins bien payés qu’à Europe 1 ou à RTL mais on y 1-radio-france-inter-hees_460reste pour sa convivialité et son esprit libertaire. J’ai lui faire souvent des infidélités, j’y reviens toujours préférant les programmes du week-end (le 6719324-france-inter-50-ans-d-antenne-et-quelques-rides« 7h-9h » dont la revue de presse d’Ivan Levaï), Rebecca Manzoni, l’émission culinaire à 11h de François-Régis Gaudry  à ceux de la semaine exceptés les « 5h-7h », ob_520e67_3396553-foulquier-deces2-640x280« 7h-19h » de Patrick Cohen, le 13h de Claire Servajean, le « Carrefour de Lodéon » de Frédéric (du même nom). A vos prochaines cinquante années, Madame, et salut Jean-Louis !!!

,

Publicités

« Avoir la carte ou ne pas…


monde6042-tt-width-604-height-335-attachment_id-20849 l’avoir, telle est la question ! « . L’expression est de Philippe Noiret qui l’aurait empruntée à son ami Jean-Pierre Marielle au sujet des connivences d’un certain milieu 6a00d83451b56c69e20176167529c6970c-300wiparisien : « Il y a un petit comité, un jury clandestin, composé de gens influents des médias, du Monde, de Télérama, de Libération et deux ou trois outsiders, qui distribuent des cartes, 8412893dorées ou pas, assurant aux porteurs que quoi qu’ils fassent, pour leur plus petit pet, il y aurait de l’écho. Le coup de 6908690,property=imageData,CmPage=70.2151234.6281642,CmStyle=6543526,v=1,CmPart=com.arte-tv.wwwprojecteur sera là.  ». Je rajoute à cette liste: les InrocK(uptibles); Radio-Nova, la journaliste-critique-présentatrice d’Arte extrêmement sûre d’elle (et très beigbeder-galeries-lafayettesdésagréable),Elisabeth Quin, ou dans un autre genre Frédéric Beigbeider (éditeur, écrivain, chroniqueur, 20100828_franz-olivier-giesbert5animateur qui a réalisé aussi un film) ou le cumulard Franz- Olivier Giesbert capture-le-point(directeur de l’hebdomadaire « Le Point », animateur d’émissions multiples, intervieweur politique, romancier, scénariste…je le supporte plus !). Ils ont un avis sur tout, se « sentent investi » d’un sens du jugement et de l’analyse infaillibles, sont persuadés d’avoir une influence sur le public et ne se (re)mettent JAMAIS en cause.

chouchou_logoLeurs chouchous ?  Arnaud Desplechin; Michael Haneke; Resnais…ou encore Mathieu Almaric; Patrice Chéreau ou 582557-patrice-chereauBenjamin Biolay. On peut continuer avec Léos Carax ou les romanciers 521313650Michel Houellebecq-Catherine photo_1351596401Angot 3623745pour ne rester que dans un domaine strictement gaulois (je pourrais rajouter des noms belges, sud-coréens ou iraniens). Le principe ? Quoique réalise, dise, écrive ou chante un artiste, c’est toujours couvert d’éloges par ce cartel médiatique cité en début d’article. Haneke pete ?…ça sent bon. Houellebecq écrit que la merde c’est 1533772_3_4aa2_de-son-cote-liberation-est-a-la-recherche_4ee3e7f4d1788eed0fcab1ba390697a6délicieux à manger et bien tel journaliste de Libé va crier qu’il a raison et que c’est géniAL !!! Je caricature « un chouille » avec un zest de mauvaise foi mais il y a un peu de ça quand même. Regarder comment est traitée chaque nouvelle sortie d’un film d’Alain Resnais (personne estimable et respectable au demeurant) où on le présente comme un maître et un gourou auprès d’une bande récurrente d’acteurs (talentueux et très sympathiques pour certains)  et de ses fidèles 3388334508995collaborateurs. Mais Resnais fait de moins en moins d’entrées (cela n’enlève en rien des films réussis du cinéaste) et ne parait pas non plus se dire « tiens ??…et si je n’avais pas été aussi bon que je le pensais ??? ». Désolé de le dire ici mais son film « Pas sur la bouche » (2003) n’a aucun intérêt à part une scène hilarante entre Darry Cowl (en femme) et Pierre Arditi qui a du mal à rester de marbre. Et bien ??…critiques dithyrambiques, élogieuses (« Resnais joue avec ses acteurs, son public… ») alors que l’on peine à regarder cette adaptation carton-pâte d’une opérette tombée dans l’oubli. Pas de recul, de distance, l’artiste est pris tel un roc et a été décrété « génie ! «  dés sa première oeuvre. Il y a beaucoup de connivence-racourci-malhonnêteté dans le procédé et il devient vraiment difficile de trouver un vrai sens de l’analyse filmographique et Laure-Adler-s-empare-du-mythe-Francoise-Giroud_mode_unehistorique chez les journalistes-critiques culturels ou politiques. 2591576Sans regretter Françoise Giroud (scripte de Jean Renoir puis devenue journaliste et romancière, inventeuse de la formule « la nouvelle vague » pour un dossier paru dans « L’Express » sur la jeunesse montante dans la société civile, sous l’ère de Gaulle, au début des années 60) ou le duo génial et comique portraitsdes critiques Jean-Louis Bory-Georges Charensol de l’émission radiophonique « Le Masque et la Plume« , ils sont de plus en plus rares: Michel Ciment ? Alain Duhamel ? « Positif » ? « Mad Movie » (pour faire plaisir à Tétard) ?…j’exagère evidemment. De grands journalistes (et bons) travaillent au « Monde »; à « Libé » ou au « Point ». Mais c’est une espèce en voie d’extinction.

en vrac 123

Hello les aoûtiens,

« en vrac » est à la bourre et je tiens à dire que j’emmerde mon Boss pour ses remarques « à trois sous » qui ne font rire que sa toute petite personne et n’a aucun effet sur moi.

Michel Polac est donc mort cette semaine le 7 août à l’âge de 82 ans. L’écrivain- journaliste-réalisateur de films (si si)-polémiste-emmerdeur a crée, entre autres en 1955, à la demande de Jean Tardieu « Le Masque et la Plume« . Magazine public des lettres et du théâtre, la première eut lieu le dimanche 13 novembre. Animé d’abord par Polac et François-Régis Bastide., il perdure toujours aujourd’hui, sur France Inter le dimanche vers 20h, sous la houlette de Jérôme Garcin. Le magazine s’est depuis 30 ans ouvert sur l’actualité cinématographique. Michel Polac était un intellectuel, un homme de grande culture, très ouvert, curieux de tout et un véritable amoureux des livres venus de tous horizons. Il a su, à l’occasion de l’élection de François Mitterrand en mai 1981, proposer à la Une, un magazine d’informations et de débats, en direct le samedi soir peu avant 22h.Son nom: « Droit de Réponse ». Foires d’empoignes lors de revues de presse « fumeuses », coups de gueules célèbres de Cavanna ou de Siné, provocations de Gainsbarre et de Coluche, sarcasmes et malices de Bedos et Desproges (avec Sheila ??!!!??), coups de théâtre orchestrés par des groupes d’extrême droite, Polac a fait de son émission, une tribune ouverte et libre à tous ceux se sentant censurés durant les années giscardiennnes. Outre les polémiques et les provocations, le journaliste a su traiter des sujets divers comme les taxis, la santé ou interviewer « sans concessions » l’animateur-producteur-comédien-chanteur lyrique Jacques Martin. L’émission continua 6 ans jusqu’à la privatisation de la chaine concédée à Francis Bouygues qui vira Polac au bout de 3 émissions. Le journaliste continua d’écrire des chroniques à « Charlie Hebdo » et chez Ruquier sur France 2.

Allez…un coup de gueule à la Polac ! Ce que je craignais est arrivé: le studio d’animation Pixar s’est fait complètement « cannibalisé et siphonné » par sa maison-mère Walt Disney. Son dernier opus estival, « Rebelle », est sans surprises, pauvre en gags, ‘histoire « déjà vue » et peu d’invention dans le dessin. C’est un produit formaté (bonjour les chansons « à la noix » !), sans saveur, sans personnalité (bonjour « les emprunts » à Miyazaki ! ) et très très vite oublié. Fini…dommage.

Jeudi 16 août sera le jour des 35 ans de la mort d‘Elvis…amen !…à moins qu’il ne soit toujours vivant ?…who knows….bye !