bilan


Salut les kids,

En ces derniers jours de l’année 2010, tentative de tirer un premier bilan: la grande faucheuse n’a pas été au chomage: salut Chabrol, Corneau,Crémer, Guiomar, Blake Edwards et Donnadieu. On peut rajouter chez les hommes politiques, Philippe Seguin qui avait une certaine éthique et une intégrité dans l’exercice de ses nombreuses fonctions. Cela devient tellement rare chez le personnel politique qu’il faut le signaler car la liste est nombreuse ,cette année encore, de conflits d’intérêts et de mélanges en tout genre chez des hommes et des femmes politiques: Eric Woerth , Christian Blanc, Alain Joyandet, Christian Estrosi ou Fadela Amara. Heureusement que Sarko avait promis durant la campagne des Présidentielles de 2007 qu’il voulait une république irréprochable et exemplaire. Rajoutons à cela un ministre de l’Intérieur condamné 2 fois en justice, couvrant des bavures policières et ne trouvant rien à redire sur l’utilisation massive du taser. On le sait maintenant, un médicament ,le Médiator, ne fait pas maigrir mais tue. Tous les gouvernements de gauche comme de droite n’ont rien trouvé à redire sur le maintien de ce médicament (malgré les avertissements) et Sarkosy, du temps où il était avocat d’affaire, a eu comme client, le laboratoire Servier (fabricant du Médiator). Ca sent une nouvelle affaire « du sang contaminé » à plein nez.

Dutronc (père) a fait un come-back tonitruant, Higelin a joyeusement fêté ses 70 balais sur scène et Xavier Beauvois a ressuscité les moines de Tibhirine grâce à son film « Des Hommes et des Dieux », attirant plus de 3 millions de spectateurs en France. Polanski, lui, a retrouvé sa liberté en juillet dernier et attaque le tournage de son nouveau film, fin février. Jean Dujardin a définitivement acquis son statut de comédien-sur-qui-il-faut-compter-les-20-prochaines années

En attendant, la crise continue à fermer des bassins d’emplois en Europe, a mis en quasi faillite l’Islande, la Grèce et l’Irlande. Les marchés ont repris de plus belle, les agences de notations se prennent pour les maîtres du monde et les banques occidentales après avoir été pleurés auprès des états ont retrouvés leurs insolences.

Les Restos du Coeur ont battus leur record, beaucoup de personnes travaillent mais sont obligés d’aller se nourrir au Secours Catholique et autres organismes de charité. Certains n’ont pas les moyens de se loger et dorment dans leurs voitures (quand ils en ont une !) ou dans la rue. L’ancien résistant et diplomate, Stéphane Hessel, 93 printemps, a écrit un pamphlet « Indignez vous ! » qui s’est vendu à plus de 500.000 exemplaires. Encore faut-il en avoir les moyens, l’envie et le courage. Dans de nombreux cas, ce n’est plus de la vie mais de la survie.

Bonne année quand même les loulous.

P.s.: J’allais oublier la marée noire qui a dévasté les côtes du Mississippi et de la Louisiane. Terrible !

 

 

 


Publicités

Eddy… so ramoSchmollo…Mitchell !

Salut les kids,

Double évènement a donc eu lieu hier, lundi 18 octobre 2010. Les 70 balais d’Higelin et son concert mémorable, dont je vous ai déjà causé, et aussi la sortie du nouvel album de tonton Eddy Mitchell avec 13 nouveaux titres ( plus un second remix de la très fadasse chanson « L’esprit grande prairie » écrite par Souchon sur une musique de Gérard Grandjean et Marie…euh pardon je déconne !…non sur une musique, bien sûr, de Laurent Voulzy).

Autant y allait franco. C’est une énorme déception. J’attends toujours beaucoup de Schmoll car c’etait mon idole de mon enfance, pré et adolescence (n’oublions jamais l’émission « La dernière séance »…amen !) et durant ma vingtaine. C’est le pire album depuis « Mr Eddy » (1996). A peine 4 à 6 chansons (« Avoir 16 ans aujourd’hui »; « Je suis vintage »; « Surmonter la crise »; « Come back)  à en extraire et encore je me force. Les mélodies de Pierre Papadiamandis (l’eternel complice) sont pauvres, répétitves. Pas de rock’n roll, de big-band, de guitare sêche. Seules les musiques de Michel Anselem (son pianiste qui lui a composé une de ses plus belles chansons de ces dernières années, « Au bar du Lutétia ») tirent leurs épingles du jeu ( à écouter la très jolie « Mes colonies de vacances » et le rigolo « Garde à vue » où l’on retrouve la patte tendre et sarcastique de pépère). Même son pote saxophoniste-ténor des « Chaussettes noires », Michel Gaucher, n’a pas été foutu de lui composer un morceau.

Vraiment déçu. Je n’entends de la part des journalistes que des compliments (Dider Varrod de France Inter: « C’est son meilleur album depuis « Rio Grande »). Allons donc ! Il y a autant de bonnes chansons voir plus (et surtout en beaucoup mieux) sur les albums de « Rio Grande » (1993), « Frenchy »(2003) ou « Jambalaya » (2006). Son meilleur album depuis 20 ans, étant pour moi « Les nouvelles aventures d’Eddy » (1999), avec notamment la partie avec les Neville Brothers (n’oublions pas aussi quelques excellentes reprises dans son album-hommage « Grand écran » (2009)).


Schmoll, 68 ans, a attaqué, vendredi dernier à Rueil-Malmaison, sa très longue ultime tournée (« Ma dernière séance ») qui s’achévera en septembre 2011. 18 musiciens dont 13 cuivres (ça devrait dépoter !). Si vous ne l’avez jamais vu sur scène, vous passerez un bon moment. Moi, j’ai déjà donné 11 fois depuis juin 1982 au Palais des Sports. Sans regrets, beaucoup plaisir mais ça va…trop c’est trop !

Bise.

Chapeau Monsieur Higelin !


Merci Jacquot pour le fabuleux concert que tu as donné, hier soir, au Zénith de Parigi, pour tes 70 automnes. C’était magnifique de drôlerie,
d’humanité et de vitalité. Quel punch ! 3h30 de concert…ma qué ! Comment tou fais ?!? Le band concocté par Rodolphe Burger groove d’enfer et les arrangements sont excellents. Du coup, ton dernier album ,que je te trouve sans intérêts, revit et donne l’impression même d’avoir été écrit pour la scène. Mais quel délice surtout, de ré-entendre tes chansons « Mona Lisa Klaxon »; « Paris-New York, New-York-Paris »; « Pars », « La fille au coeur d’acier« ; « Lettre à la p’tite amie de l’ennemi public n°1 » ou le cultissime « L’amour sans savoir ce que c’est ». Et qu’ils étaient choupinous, Isia et l’Arthur, chantants avec leur papounet. Bref la Jacquouille, ne change rien, profite de tout et longue vie à toi pour de futurs grands moments sur scène.

J’t’embrasse.

en vrac 39

Bonjour créature de Dieu,

« en vrac » est un peu un dimanche à lui tout seul: un jogging, la messe, le rosbif-purée, un mille-feuille et la sieste sur le canapé devant Michel Drucker, réjouissant non ?

Jacques Higelin fête, demain soir lundi, ses 70 ans sur la scène du Zénith de Paris. Bon anniversaire le Jacquouille et j’espère que tu vas nous faire « un putain-de-concert-de-derrière-les-fagots » dont tu as le secret ! Longue vie à toi, oh baladin de France !

Les routiers ont décidé de « rentrer dans la danse » de la contestation de la réforme des retraites à partir de demain. Oh je sens que ça va être le bordel ! Mr Juppé, cela ne vous rappelle rien ?!?

Bonne soirée.

chanter

Salut les kids,

Passer de la chanson à la comédie, nombreux sont ceux qui l’ont fait. De Dutronc à Eddy, de Johnny à Elvis (c’est pas ce qu’ils ont fait de mieux d’ailleurs), de Montand à Aznavour, de Sinatra à Dean Martin ou de Vanessa Paradis à Marc Lavoine, sans oublier Nicole Croisille, Guy Marchand (clarinettiste de jazz à la base) ou Michel Sardou (qui fait aussi carrière au théâtre). L’inverse est moins courant, quoique.

Serge Reggiani a mené, passé la quarantaine, une double carrière en y faisant aussi de la scène. Ses interprétations des chansons écrites par Boris Vian ou des textes de Jean-Loup Dabadie (voir la chanson « Le temps qui reste » à la fin du film « Deux jours à tuer » de Jean Becker) sont formidables.

Gabin (son père était cafetier) venait de la danse (Revue au Folie-Bergère) et du caf-conc, comme son compère Fernandel. Bourvil et Jean Carmet du Cabaret et du Music-Hall (Bourvil a joué dans quantité d’opérettes et était un formidable chanteur. Carmet a fait, lui, partie de la troupe des « Branquignols » de Robert Dhéry). Ils étaient déjà « polyvalents » avant l’heure.

De même ,Coluche adorait faire le chanteur et avait un réel talent que ce soit sur les scènes des music-halls, aux « Césars » de 1984 ou en duo avec ses potes Renaud, Eddy, France Gall ou Michel Berger

.

Michel Simon savait aussi chanter (  « Comme de bien entendu » dans « Fric Frac » ou en duo, avec Gainsbourg, dans « L’herbe tendre »).

Serge Gainsbourg a écrit rapidement pour les actrices. Il en a même fait une de ses spécialités, une « marque de fabrique ». Certaines resteront, d’autres pas. De Bardot (« Je t’aime moi non plus » lui était destiné avant qu’il ne soit censuré par Gunter Sachs) à Mireille Darc ou Anna Karina. De sa compagne, Jane Birkin (of course), à leur fille Charlote, en passant par Deneuve (« …une sacrée occase ! ») ou Adjani. Seules Jane Birkin et plus récemment Charlotte Gainsbourg (actuellement en tournée) mènent une carrière sur scène et en studio.

Sophie Marceau et Alain Delon ont bien faits de ne pas persévérer même si le duo « Paroles…paroles… », avec Dalida, fait le délice des fins de soiréee alcoolisées.

Depardieu assure, avec la chanson « ca va« , pour le générique de fin de « Mon père ce héros » de Gérard Lauzier (1991) et mouille sa chemise, en chanteur régional, dans « Quand j’ étais chanteur«  de Xavier Giannoli (2006).

Michel Blanc l’a fait occasionnellement pour nous faire rire.

Véronique Jannot fut solaire et resplendissante  en duo avec Lolo Voulzy. Nous moins.

En revanche, Jeanne Moreau l’était quand elle chantait « Le tourbillon de la vie » dans « Jules et Jim » (1961) de François Truffaut.

Gérard Darmon, lui, se verrait bien crooner à long terme.

Agnès Jaoui en est à son second album et prend manifestement plaisir à chanter, sur scène, du boléro, de la bossa, du fado,de la  salsa, de la samba ou du flamenco.

Clémentine Célarié s’y est risqué sur un album avec ses trois fils.

Ce que l’on sait moins,c’est que Jacques Higelin fut d’abord un acteur avant d’enregistrer son premier album chez Jacques Canetti (avec, entre autres, des chansons de Boris Vian). Il deviendra, par la suite, l’ immense « bête de scène » que l’on sait. Il a aussi fait un duo avec Isabelle Adjani.

Je ne vous parlerai pas de Bruel car il n’y a rien à en dire.

Chez les Ricains, l’acteur qui chante depuis une bonne vingtaine d’années est Bruce Willis. Déjà quelques albums et il chante, parfois, dans des clubs.

Nicholson a vu « La vie en rose« , avec Diane Keaton, pour les besoins d’un film.

Robert Mitchum a découvert le calypso.

Clint Eastwood a, lui aussi, poussé la chansonnette, entre autre, pour la bande originale de son film « Minuit dans le jardin du Bien et du Mal » (1995) et Nicole Kidman est tombée dans les bras de Robbie Willians (« Somethin’ Stupid« ).

Allez, tous en choeur ! 1,2 et 3 !

La bise.

barjot

Salut les baltringues,

On se dit parfois que tel artiste qui a une  capacité à se « transformer,  un don d’improvisation inouïe,  un grain de folie et qui ,en interview, peut vite partir « en vrille », nous permet de penser qu’il est dans la vie comme dans ses films ou sur scène.

C’est le  cas, je pense, pour le belge Benoit Poelvoorde ou le français Albert Dupontel. On peut le dire aussi pour Valérie Lemercier. A voir les interviews, films ou les nombreuses vidéos de Jim Carrey, les Etats-Unis n’ont en rien à nous envier.

Un film comme « Hellzapoppin »de Henry C. Potter (1941) ou tout ceux des Marx Brothers sont des hommages aux barrés en tout genres. Un concert de 4h-5h de Jacques Higelin est « hors normes » et « anormal ».

Qui a vu, sur scène ou dans l’émission« Nulle part ailleurs », le loufdingue Django Edwards peut affirmer qu’il est complétement siphonné. Il fait parfois penser à un héros d’un dessin animé de Tex Avery.

Voir ou revoir un film avec Michel Serrault, comme « Garde à vue » de Claude Miller ; « Docteur Petiot » de Christian de Chalonge ; « Nelly et Mr Arnaud » de Claude Sautet; « Les Fantômes du chapelier «  de Claude Chabrol ou « Le Miraculé » de Jean-Pierre Mocky, laisse à penser (et je confirme pour avoir eu la chance de bosser sur un de ces films) qu’il est « légèrement » atteint.

Regardez, posément, la filmographie de notre ami Dustin Hoffman, et l’on peut assurément adhérer, chez les « Dingos Anonymes ».

Si vous voyez le reportage, dans l’émission « Strip-tease », sur un tournage de Jean-Pierre Mocky, vous vous rendez bien compte que le garçon est complétement gelé.

Enfin, pour conclure, une pensée pour le génial et irremplaçable Jerry Lewis.

…attention !, cela peut-être contagieux.

sportif

Bonjour toi,

Des comédiens qui sont sportifs, il y en a quelques uns. Au cinoche, on peut citer notre Bébel national, bien sûr. Incontournable.

Albert Dupontel essaye aussi d’assurer ses propres cascades. Steeve Mcqueen ne s’en privait pas, lui ausssi. Je pense qu’Errol Flyn devait mettre la main à la patte.

En musique, si vous êtes aller voir, une fois dans votre vie, Jacques Higelin sur scène, vous vous êtes rendus compte des posssibilités et de l’endurance de l’artiste ( il peut faire, encore à 69 ans, 3 heures de concert !). Hallyday, c’était pas mal non plus ( il y a moins d’un an, au Stade de France, par exemple). A mon avis, un concert de James Brown devait être « coton » aussi.

Pour avoir vu,deux fois, « Mick Jèggère et les Rolinges Stons », je vous garantis que ça dépote. Le père Jagger sautille, relance la foule, trottine d’un bout à l’autre de la scène du stade (pas Keith Richard et Ronnie Wood qui se contentent de jouer magistralement de la guitare).

En revoyant, récemment, « This is it », Michael Jackson, malgré sa maigreur, se démenait et moonwalkait comme un « diablotin ».

Tel acteur de théâtre qui a endossé le rôle de « Cyrano de Bergerac« , sur scène, peut, sans sourciller, concourir dans la catégorie « les sportifs » (Jacques Weber, par exemple). Ou un Pierre Arditi dans « Tailleur pour Dames » de Feydeau ou « Joyeuses Pâques » de Jean Poiret (because le rythme ! le rythme et le rythme !).

Comme on dit, ils envoient et mouillent leurs chemises !

Allez !…bise !