Rentrée 2013

  1. article_JulienLutt-8492sottoComme d’hab, elle se pointe  gentiment fin août.  Pour les grilles des radios généralistes par exemple, avec un nouveau mercato très attendu pour certaines:  Europe 1 avec au commande du 6H-9H, Thomas BENDIT7760595068_alain-duhamelSotto et un billet d’humeur (souvent décapant) de Dany Cohn-Bendit à 7H55 (« L’humeur ») ; Alain Duhamel, sur RTL, déplace à sa demande son édito politique de 7H40 pour 18H30 dans l’émission de Marc-Olivier Fogiel. En téloche aussi ça bouge (quoique): avec l’arrivée du père De Caunes au commande du « Grand Journal » de Canal (pour ceux qui n’étaient pas au courant depuis 2 mois). Alors vous l’avez regardé ? Pas pris un coup de 6277759-le-grand-journal-de-caunes-reprend-les-chaussons-de-denisotvieux le ch’Toine ?!? Toujours drôle et insolent ??!??…pas vu et pas envie en ce qui me concerne. Je trouve la recette déjà usée (et puis De Caunes j’en suis revenu depuis que j’ai bossé avec lui sur un film…vraiment pas sympa !!), je préférais Denisot même si la formule s’essoufflait. Reste le toujours réjouissant et rigolard mylene-farmer_tv_le-petit-journal-people_canal-plus_15-09-2009_001« Petit Journal » de Yann Barthes désormais diffusé à 20H25. Une touche de « belgitude » est apportée respectivement par 5229a37835702bc05f0bfb58Charline Vanhoenacker pour « le 5h-7h » de France Inter (aux côtés d’Eric Delvaux) et par Myriam Leroy tous les vendredis dans « La nouvelle édition »d’Ali Baddou sur Canal.

rentree_2Rentrée of course pour les petits et grands n’enfants demain et aujourd’hui pour les instituteurs et les professeurs. Va-t-elle être 1091771-418747-jpg_968095_434x276catastrophique, comme le laissent entendre certains syndicats, avec l’application de la semaine à 4 jours 1/2 imagesdans beaucoup de villes ??!?? J’avoue ne pas comprendre les critiques contre cette réforme 196627tant réclamée et demandée par le personnel éducatif et une grande majorité de echanges_franco-allemands_lecture_seule_mode_de_compatibilite_-_microsoft_wo_2012-06-23_16-55-13parents. « C’est mieux pour l’enfant… »;  » En Allemagne, un enfant a 208 jours de cours par an, 144 pour un français… ». Pays décidément extrêmement difficile à bouger et à changer.Cela risque de n’être pas de tout repos pour le ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, car il lance en même temps et coup sur coup, trois autres chantiers importants: celui de la refonte des programmes (sic), celui de la formation du manif-educationmétier d’enseignant (on lui fait quoi ?? on le change ?? on lui rase les nouilles ???) et celui nécessaire de l’évolution  des ZEP (Zone d’Education Prioritaire). Il a de quoi mettre 1 ou 2 millions de personnes dans la rue. Ca nous changera car cela commençait à manquer en France, une bonne grève !

2013-07-24T151615Z_411248963_PM1E97O1BP401_RTRMADP_3_FRANCE-SYRIA_0Rentrée chaude aussi pour Pépère (mais elles le sont toutes pour les présidents de la République) car il vient de recevoir un camouflet avec la décision d’Obama de faire voter le Congrès (d’ici 9 jours) pour une intervention 2308-SyrieObamaen Syrie alors qu’ils s’étaient mis d’accord quelques heures avant. Les opinions américaines et européennes sont contre cette intervention la jugeant incertaine (« En Syrie, on sait identifier notre ennemi mais pas nos alliés !… »), dangereuse et couteuse,. 2445433Obama l’a senti, David Cameron s’est fait humilier lors d’un vote négatif de la Chambre des communes, d’ici aussi à ce 698948que cela se produise en France, il n’y a qu’un pas. Hollande pourra toujours se réconforter en regardant les chiffres (en hausse) du chômage en juillet et ceux des ventes automobiles des constructeurs français (- 10,9 %).

L-un-des-couples-les-plus-convoites-Johnny-Depp-et-Vanessa-Paradis1_exact810x609_lJ’aurais du commencer ce billet par ces infos capitales (Tétard me l’a  déjà reproché): après Vanessa et Johnny, suivis par Catherine Zeta-STM_SM3213_Cover_Newsstand_0_073_1201936.pdfJones et Michael Douglas, et bin c’est la Monica qui lâche le Cassel (ou inversement, peu importe !!!). Itou pour Clint Eastwood à 83 printemps. Mais Unknownoù va le monde ma p’tite dame ??!!??? A quand un largage de Nico par Carlita ? Flamby christophe-lambert-et-sophie-marceau-cabourg-2010-4724572rsnaw_1713par Cruella ?…et mieux encore: Greystoke par Sophia ????…j’en tremble.

VANESSA-PARADIS-2013_2579868057238570377Concernant le volet « cultureux » de cette rentrée, citons en vrac: Vanessa Paradis est en tournée avec son excellent double-album, « Love Songs », concocté par Benjamin Biolay. Cécile de redim_proportionnel_photo.phpFrance joue et chante (euh….) « Anna », la comédie musicale mis en musique par Serge Gainsbourg pour Anna Karina et filmée par Pierre Koralnik en 1967 pour l’ORTF. C’est « toiletté et mis à jour » par Jean-Loup Dabadie, joué au Rond-Point à Paris en septembre puis en tournée. J’y vais en décembre au Colisée de Roubaix et j’avoue ma curiosité et mes doutes sur les capacités vocales PETER-GABRIEL-CD_1243691422029190947de la comédienne belge. Si vous avez jamais vu Peter Gabriel en concert, foncez-y !!!…c’est de la bombe !!! D’autant plus qu’il reprend en intégralité son album culte « So ».

la-fin-du-monde-est-pour-dimanche-affiche« La fin du monde est pour dimanche » nous prédit François Morel. c’est le titre de son nouveau spectacle. C’est un petit joyau de la-fin-du-monde-argenteuilfantaisie, de poésie et de loufoquerie. Il est en tournée à partir de janvier 2014. Quand on peut goûter au bonheur…faut pas hésiter !!!

dessay-webLa castafiore Nathalie Dessay en compagnie du maestro Michel Legrand continuent d’arpenter les scènes mondiales et gauloises (Tours; Montpellier; l’Olympia; Toulouse; Lille…) avec leur tour de chant très jazzy, cinématographique (« Comme une pierre que l´on jette Dans l´eau vive d´un ruisseau… ») et festif avec un hommage, entre autres, à Nougaro.

robin-revient-tsoin-tsoin-afficheMuriel Robin revient avec un nouveau one woman-show (beurrrrkkk Evelyne-Buyle-et-Pierre-Arditi!!!!!!). Pierre Arditi avec « Comme si il en pleuvait », Gérard Jugnot dans la nouvelle Cher-Tresorpièce de Francis Veber « Cher Trésor », seront sur les scènes des théâtres francophones tout au long de la saison.

guy_bedos_rideauDe même que vous pouvez voir encore et plurielles-ok-laurentgerras-10761840qsblatoujours d’ici Noël à Paname ou en province, les spectacles de Guy Bedos (der des der le 23 décembre à l’Olympia !) ou de Laurent Gerra accompagné par le big-band de Fred Manoukian..

Le biopic est un genre cinématograhique (plutôt anglo-saxon) qui a (de nouveau) la côte depuis une dizaine d’année: vous pouvez éviter « Le article_TheButlerMajordome » qui narre 40 ans de services d’un domestique auprès des Présidents américains (de Kennedy à Ronald Reagan en passant par Richard Nixon). C’est un flot de « bons sentiments » le tout-mélangé en THE BUTLERacte(s) patriotique(s) nappé de militantisme noir. Désolé mais c’est vraiment mauvais Forest Withaker est bon (mais il l’est toujours !!) et Oprah Winfrey ferait mieux de continuer ses activités de talk-showoman à la télévision et d’arrêter de vouloir « faire la comédienne ». Mention spéciale pour Jane Fonda qui campe une Nancy Reagan « aux petits oignons ».

Performances d’ acteurs ?…en liberace_2572685bvoilà deux comme celles de Michael Douglas et Matt Damon pour le biopic Unknown« Ma vie avec Liberace », pianiste gay, déluré, genre un Richard Clayderman habillé en Elvis de Las Végas !! C’est à la base un téléfilm pour la chaine HBO mais les acteurs se ap_gty_liberace_douglas_kb_130523_wmaintaillent un franc succès dans les festivals. C’est sensé être l’ultime film de Steven Soderberg. Les maquillages sont tout simplement prodigieux. A la fin  du film, Kirk Douglas a été « littéralement secoué » de voir son fils au bord de la mort ravagé par le virus du sida.

elle-s-en-vaDeneuve, la reine Catherine fête le mois prochain ses 70 printemps mais continue « à oeuvrer » et faire son « bonhomme de chemin » dans la galaxie du cinéma. Son denier opus, « Elle s’en va » écrit pour elle par elle-va-cuisine-@fideeliteeEmmanuelle Bercot (aussi la réalisatrice) et Jérôme Tonnerre est un petit bijou.  Betty, ancienne Miss Bretagne, suite à un chagrin d’amour, abandonne son restaurant de elle-s-en-va-1Concarneau et sa mère (la délicieuse Claude Gensac). Va s’en suivre un périple « iniatiatique » à travers la France des champs, des autouroutes et et des zônes commerciales où « tout est possible » dans l’imprévu et les rencontres!!! Drôle et touchant. Mentions spéciales au gamin, Nemo Schiffman et à la chanteuse Camille. E-PA-TANT !!!…viva Catherine Deneuve !!

Rentrée 2012

Salut les wouinwouins,

Qu’elle soit cinématographique, politique, théâtrale, syndicale, littéraire, sociale ou musicale, chaque rentrée a sa spécificité, ses menaces et ses coups de gueules, ses bonnes ou mauvaises surprises, ses habitués ou ses nouveaux venus.

Dans le genre « je suis « en permanence sur scène », Pierre Arditi a gagné la timbale: il est à l’affiche de 2 pièces de théâtre: une reprise à 19h et une nouvelle création « Comme s’il en pleuvait », à 21h au théâtre Edouard VII (je rappelle que le garçon est capable de tourner aussi la journée…si si, je vous promets, j’ai déjà eu le plaisir de tourner avec MONsieur Pierre). Dans le genre « les Mohicans ne lâcheront pas », Robert Hirsch et Michel Bouquet sont toujours là malgré leur 87 ans et une chute pour l’un et des problèmes de mémoire pour l’autre. Florian Zeller a écrit sa nouvelle pièce, « Le père » pour ce bon vieux Bob (espèrant que cela sera aussi excellent que sa précédente, « La Vérité » avec le toujours Arditi) et Michael reprend pour la énième fois « Le Roi se meurt » d’Eugène Ionesco (immense texte qui n’a pas pris une seule ride). Le comédien-conteur Fellag fait sa rentrée avec son nouveau spectacle, » Petits chocs de civilisation », d’abord au théâtre du Rond-Point puis en tournée. Guy Bedos et Laurent Gerra harpenteront l’hexagone tout au long de la saison avec leurs spectacles respectifs  « Rideau ! » et « LaurentGerra et le big band de Fred Manoukian ».

Concernant le cinoche, je me permets de faire commencer sa rentrée au 15 août, date de sortie, par exemple,  de « Cornouaille », troisième film de la comédienne Anne Le Ny avec Vanessa (mummhhh…). Une catastrophe ! Une daube ! Prétentiard et bavard ! Aucun intérêt, excepté Vanessa Parardis qui est décidemment une comédienne talentueuse mais qui « n’a pas de chance » ou « choisit mal » ses projets (ce qui n’est pas le cas sur sa carrière de chanteuse). L’infatigable Steven Soderbergh a réalisé pas moins de 3 films en un an: « Contagion »; « Piégée » et « Magic Mike ». Ce dernier est plutôt un bon film qui a pour toile de fond le milieu du strip-tease masculin. Channing Tatum campe un danseur très convaincant, et pour cause il a gagné sa vie, à une époque, en tant que strip-teaser. Je l’ai déjà dis ici même, le second volet de « The Expendables 2 »  de  Simon West est plutôt réussi, dans le genre « gros bisquoto tout visceux et ramollo, le tout avec du tatouages à profusion ! « . C’est un bon film d’action à l’ancienne. Tétard Volcanique n’en revient toujours pas de mon « revirement soudain concernant Sylvesrter Stallone » et en chiale, du coup, comme un gamin. Avec son premier ballon d’essai pour le septième art, « David et Madame Hansesn », le comédien-auteur-réalisateur-monteur et compositeur Alexandre Astier (qui s’est fait connaitre par la série « Kaamelott » sur M6) ne m’a pas convaincu. Cela a beau « flirter » du côté de Cronenberg, Lynch, Chabrol, la « Maison du docteur Edwards » d’Hitchcock ou le Claude Miller de « Mortelle Randonnée », et cela beau être écrit « cousu main » pour Isabelle Adjani, c’est etrêmement bavard, chiant et répétitif, bref…c’est raté.

C’est, d’après les spécialistes de l’animation l’héritier, celui qui va perpétuer l’esprit et la patte du Studio Ghilbli de Hayao Miyazaki. Avec son nouveau dessin animé, « Les enfants loups, Ame & Yuki », Mamoru Hosoda suscite un engouement et une curiosité chez les journalistes et critiques de cinéma. Je vais aller le voir et vous en causerai plus longuement.

Sont annoncés pour les prochaines semaines, en vrac et dans le désordre, le nouveau nanard d’Alexandre Arcady, « Ce que le jour doit à la nuit » (qui nous refait en version « carton pâte » un remake du « Grand Carnaval »), les nouveaux opus de James Bond (réalisé par Sam Mendes) et d’Astérix (j’espère qu’ils seront meilleurs que les précédents, c’est pas dur vous allez me dire !?!), Alain Resnais revient avec « Vous n’avez encore rien vu » avec  Sabine Azéma et et et qui ???devinez ??…Pierre Arditi !!! J’attends avec impatience le nouveau film de Stéphane Rozé, « Quelques heures de printemps » avec Vincent Lindon et celui de François Ozon, « Dans la maison », avec Luchini. Je suis pas du tout sûr d’aller voir « Taken 2 »; le nouveau Oliver Stone (qui m’a l’air croquignolesque !) ou le remake américain de « Lol ».

Clint Eastwood reprend du service comme acteur; Sandrine Bonnaire va nous livrer son premier film de fiction, « J’enrage de son absence » avec William Hurt et Alexandra Lamy  et s’annonce aussi un nouveau Costa-Gavras, « Le Capital », avec Gad Elmaleh et Gabriel Byrne.

William Friedkin revient avec un film, « Killer Joe », et à entendre le garçon en interview, il est toujours aussi imbu de sa personne. Tétard me gonfle à nouveau pour que je parle du nouveau film de l’un de ses dieux: Peter Jackson. Oui mon p’tit Tétard, j’oublie pas, « The Hobbit » sort le 12 décembre.

Catherine Frot interprète dans « Les saveurs du Palais » de Christian Vincent, la Chef Cuisto de l’Elysée, le romancier-académicien Jean d’Ormesson interprètant le Président. C’est parait-il réussi.

Numéro de rentrée pour la revue Positif avec un dossier « Martin Scorsese » et un interview du réalisateur qui revient sur « Hugo Cabret ». Intéressant.

 

En panne 120

Bonjour à vous, mes trois fidèles lecteûrs… Moi, Etasoeur, je vous z’aime mais z’aujourd’hui (come tous les z’autre jours d’ailleur), je n’ai rien à vous dire… Rien de très intéréssant en tout cas…

Si, je peux vous dire que Vanessa Paradis ne veut pas de moi; que ce connard d’Highlander m’a casser la gueule alors que j’essayé juste de toucher les nichons de Sophie… Quel con ! Pas une once d’humour !

En plus et juste pour me faire chier, mon petit Nicolas à moi que j’aime tendrement est fermé !! Salope !!

Où est-ce que je vais trouvé ma dose ?!?

Enculé !!

Lire la suite

en vrac 117

Salut les kids,

Nouveau chapitre pour « en vrac » qui, je l’espère, vous apportera détente, connaissances et ?…c’est tout.

Il n’ y aura pas de saison 3 de la mini-série « Bref ». Clap final. 82
épisodes en tout dont les deux derniers seront diffusés au « Grand
Journal »
, sur Canal, le 12 juillet. Série au ton décalé, bien écrite et monté « cut cut cut coco !!!« . Des nouvelles tronches dont celle de Kyan Khojandi. Souvent drôle, ce mini-format avait trouvé son ton. Ses concepteurs ont peur de tomber dans la re-dîte. Saluons en tout cas le travail accompli dans une fiction originale et inventive…c’est tellement rare en France!

Bonne nouvelle !…mais est-ce que cela va créer des emplois ?…pas sûr…peut-être dans le tourisme.

Sacré Woody !

Nouveau surnom donné à Cohn-Bendit par ses petits camarades d’EElV ?…l’emVerdeur !

En faire une affiche officielle ne manquerait pas de panache de la part du gouvernement fédéral belge ?

Tétard doit faire vivre un enfer à ses proches !

C’est maintenant officiel, Vanessa se sépare de Johnny et va enfin pouvoir filer « le grand amour » avec étasoeur. Je vous cache pas que je commençais à me lasser de ces mensonges et de ce jeu de dupes ! Voilà maintenant…à nous la doce vita !!

…bonne semaine et soyez sages les loulous !

un terroir nommé Becker

Salut les baltringues,

Comme un métronome, Jean Becker nous livre son film du printemps. Il sort en général tous les deux ans le premier ou second mercredi de juin. Cette fois-çi, c’est avec Patrick Chesnais et la très chouette Jeanne Lambert. Le titre: « Bienvenue parmi nous », un peintre en forte dépression, malgré l’affection de ses proches , « pète un câble » retrouvant gout à la vie et au travail grâce à la rencontre d’une ado paumée (cela rappelle le début de « Deux jours à tuer » ). Belle et très tendre histoire aux dialogues ciselés et justes. Miou-Miou et Jacques Weber font tous deux une prestation réussie. Malheureusement, comme souvent chez Becker, c’est filmé en dépit du bon sens. C’était déjà le cas dans son précédent film, « La tête en friche » (2010) avec Depardieu (très « comme à la maison ») et la délicieuse Gisèle Casadessus (95 ans au compteur). Petit flash-back sur la carrière d’un des cinéastes français les plus populaires.

En effet, Jean Becker aligne ,depuis « L’été meurtrier » (1983) avec Isabelle Adjani, Alain Souchon et Michel Galabru, succès sur succès au box-office.

Donc qui dit succès, en France, dit louche voir  suspect. En tout cas, cela provoque des critiques et de la jalousie.

Dans le désordre: « ça respire les bons vieux sentiments ! »; « …c’est franchouille ! »; « ohlala mais que c’est vieux et ça sent la naphtaline ! »« …c’est pétainiste ! » ( Serge Kasanski de la revue « Les Inrockuptibles » l’a dit aussi pour « Amélie Poulain » de Jean-Pierre Jeunet (2001)); « …toujours la même histoire… » (c’est faux); « c’est la même affiche ! » (pas faux); « …c’est la France Profonde »…etc

Bon. Peut-être…ça se discute sur certains points  mais trouver « Les Enfants du marais » (1999) pétainiste est insultant et blessant (en plus, cela fait très  » mots d’auteur » et Kasanski est loin d’en être un !) . Par contre, on oublie de souligner deux choses importantes dans la filmographie de Becker : la qualité de ses scénarios et de ses dialogues (souvent adaptés de romans), et le choix de son casting. Il a donné de très beaux rôles  à Jacques Villeret, Isabelle Adjani, André Dussolier, Albert Dupontel, Jean-Pierre Daroussin ou Vanessa Paradis, Suzanne Flon et Gérard Depardieu.

Oui c’est français, en province, souvent des » petites gens élevés aux grains et en plein air » qui boivent des coups et ronronnent dans la nature. Ca sent bon le joli terroir, les parfums, les boutanches au frais et la pêche aux grenouilles ou à l’écrevisse. C’est un hymne à la franche camaraderie et à l’amitié. Cela rappelle, parfois, certaines scènes des films de Jean Renoir et de Julien Duvivier (« La Grande Illusion »; « La Belle Equipe »…).

Mais pas quand c’est le portrait d’un publicitaire-quadra, au bord la dépression, qui « pète un câble » et s’en va mourir, auprès de son père ,dans « 2 jours à tuer » (2008). Ou Adjani, dans « L’été meurtrier », qui respire la vie au début mais vire au cauchemar et à la folie ensuite.

Ce que je reproche plutôt au cinéma de Jean Becker, c’est la facture de ses films que je trouve de plus en plus poussiéreuse et pas toujours heureuse (les cadres et la décoration font très « carton pate »). La lumière, sur ses derniers films, est plutôt moche (en progrès sur le dernier mais c’était mieux du temps d’Etienne Becker, frère et chef opérateur de Jean). Sinon, j’aime bien. Qu’on le veuille ou non, Becker a un style, « une patte ». C’est un vrai cinéaste.

Jean-Paul Belmondo dit « Bébel »

 Bonjour toi,

Jean-Paul Belmondo dit « Bébel ». Notre Bébel national ! Immense vedette. EnoOORme  star du box-office du cinéma français des années 60-70 et une partie des années 80 (il cumule quasi à lui tout seul 130 millions d’entrées). Avec les Louis de Funès et Bourvil, ses « pères » Jean Gabin et Lino Ventura, son « frère » (et un peu rival à une époque !) Alain Delon, sa p’tite soeur Annie Girardot ou une Marlène Jobert ou un Pierre Richard (sur moins d’années). Epoque bénite où « le prochain Belmondo » était annoncé un an à l’avance dans les cinémas et financé  par les exploitants. Belmondo commença à pratiquer la boxe amateur puis bifurqua, en 1950, vers le théâtre où il rentra dans le cours de Raymond Girard avec qui il prépara le concours du Conservatoire. Il échoua par 2 fois et ne fut admis qu’en 1952 dans le cours de Pierre Dux (qui ne croyait pas une seconde au talent du jeune comédien). C’est au Conservatoire que Belmondo rencontra Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Pierre Vernier, Bruno Crémer ou Michel Beaune. Il débuta au cinéma « timidement » à partir de 1956 avec Marc Allégret ou Marcel Carné, s’envola véritablement avec Claude Chabrol  dans « A double tour«  ( ils tourneront ensemble, plus tard,« Docteur Popaul » avec Mia Farrow,  qui reste le plus gros succès de Chabrol au box-office) et surtout avec  Jean-Luc Godard dans le cultissime « A bout de souffle » en 1960 (il avait joué dans son premier court-métrage). Il enchaine ensuite avec Claude Sautet (« Classe tous risques » avec Lino), Louis Malle (« Le Voleur », magnifique, vient de ressortir en salles), François Truffaut (« La Sirène du Mississipi » avec Catherine deneuve), Melville (« Léon Morin, prêtre »; « Le Doulos »; « L’Ainé des Ferchaux »); Peter Brook (sis si « Moderato cantabile » sur un scénar de Marguerite Duras); Jean-Paul Rappeneau (« Les Mariés de l’an II »); Alain Resnais (« Stavisky »), Claude Lelouch (« Un homme qui me plait »; « Les Misérables »). Compagnon de route de la Nouvelle Vague dés le début (sa liberté de jeu et son aisance faisait merveille avec l’esprit  de ces « nouveaux hussards »), Belmondo la délaissa progressivement lorsqu’il  joua dans « Un singe en hiver » d’Henri Verneuil, en 1962, au côté du  » Vieux » (Jean Gabin), devenant une immense vedette et s’installant définitivement, dans le Star-Système. Avec son complice Philippe de Broca, il va « gouter » à ses premières cascades dans « Cartouche » (qu’il effectuera quasiment toutes jusqu’à sa retraite…à ses risques et périls d’ailleurs !). Ils feront ensemble « Les Tribulations d’un chinois en Chine »; « L’Homme de Rio »; « Le Magnifique », « L’Incorrigible » (un de mes préférés: « une douzaine d’huitres ! une bouteille de muscadet !…une heure après vous êtes à la maison ! ») et « Amazone » en 2000 (un four intégral ! avec Arielle Dombasle).Ca y’est !  La recette est concue: décontraction, humour, dialogues souvent sous la houlette de Michel Audiard, cascades, pitreries, un copain pas loin et accompagné  toujours d’une belle louloute ! Les Chefs de cuisine, Henri Verneuil (« Mille milliards au soleil », « Week-end à Zuydccoote »« Le Casse » avec Omar Sharif  tourné à Athènes, « Le Corps de mon ennemi », « Peur sur la ville » avec la célébrissime cascade sur le toit d’un métro où Bébel a failli perdre la vie, « Les Morfalous » (avec Jacques Villeret); Jean Becker (« Tendre voyou »« Un homme nommé La Rocca »); Gérard Oury (« Le Cerveau » avec Bourvil et David Niven, « L’As des As »); Georges Lautner (« Flic ou Voyou »; « Le Guignolo », « Le Professionnel », « Joyeuses Pâques » avec la belle Sophie ! et le remake du fillm d’ Henri Decoin « L’Inconnu dans la maison » sans cascades pour le coup), Philippe Labro (« L’Héritier »« L’Alpageur »  avec Bruno Crémer) ou Jacques Deray (« Borsalino » avec Delon, « Le Marginal », « Le Solitaire ») n’avaient plus qu’à sortir les ingrédients et les casseroles. Sauf qu’à la fin, ce fut poussif: un peu réac, anti-gauchiste primaire, plus drôle, Belmondo « s’auto-pariodant ». On regrettait les films d’auteurs dans lesquels il alternait dans les années 60. Heureusement que Bébel a retrouvé, en 1988, son potos Lelouch dans « L’Itinéraire d’un enfant gâté », le théâtre avec son vieux complice Robert Hossein et Bernard Murat (il a aussi acheté en 1991 le théâtre des Variétés) jouant Alexandre Dumas (« Kean »), Edmond Rostand (« Cyrano ») ou Feydeau (« Tailleur pour dame » ou « La Puce à L’Oreille). Les retrouvailles avec Delon, en 1998, dans « Une Chance sur deux » furent ratées par la faute de Patrice Leconte et de son producteur, Christian Fechner (pourtant quel producteur !), la présence de Vanessa Paradis ne pouvant rien faire contre l’absence de scénario. Par contre, Cédric Klapisch l’a fait tourné dans « Peut-être »,en 1999, avec Romain Duris, Géraldine Pailhas, Emmanuelle Devos, Olivier Gourmet et c’est plutôt une agréable surprise (dommage que le Paris sous le sable soit un peu « carton-pâte) . Et puis, malheureusement, le destin a voulu que Bébel ait un AVC en 2001 en Corse pas loin de son « vieux frère » Guy Bedos. Il est, depuis, extrêmement diminué, marchant  et s’exprimant difficilement (Cannes lui a rendu, cette année, un hommage triomphal ). L’artiste a fait un dernier tour de piste en 2009 dans le remake du film néo-réaliste italien « Umberto D » de Vittorio de Sica, rebaptisé« Un homme et son chien », un  nanar de chez nanar que l’on doit à Huster (merci Francis !). Tant pis, en tout cas, cher Monsieur Belmondo, on vous doit de belles interprétations dans des grands films et quelques moments de franche rigolade ! Merci.

Cest qui ???…sa nouvelle infirmière ?!!???

en vrac 49

Hello les loulous,

Dernier « en vrac » de l’année avec un premier bilan cinématographique, même s’il reste quelques films à voir.

Mon top ten 2010 (hors reprises et films du répertoire):

1°) « The Ghostwriter » de Roman Polanski

2°) « Des Hommes et des Dieux » de Xavier Beauvois

3°) « The Social network » de David Fincher

4°) « La Princesse de Montpensier » de Bertrand Tavernier

5°) « Le Président » d’Yves Jeuland

6°) « The Inside Job » de Charles Ferguson

7°) « The American » de Anton Corbijn

8°) « Machete » de Robert Rodriguez

9°) « Tamara Drewe » de Stephan Frears

10°)Ex aequo: « Black Dynamite » de Scott Sanders // « Les Contes de l’âge d’or » de Cristian Mungiu

….des grands cinéastes nous ont livré d’excellents crus, la confirmation d’un grand metteur en scène sur qui il faut compter (Xavier Beauvois), 2 documentaires fabuleux (on peut rajouter aussi, dans cette catégorie, « Cheminots » de Luc Joulé & Sébastien Jousse et « Cleveland contre Wall Street » de Jean-Stéphane Bron), 2 films « hommages-à-la-manière-de » à des « sous-genres » cinématographiques, un second film prometteur et peut-être un futur grand metteur en scène (Anton Corbijn), 1 adaption réussie d’une bande-dessinée. Il manque un film d’animation à mon palmarès. rien qui ne m’est enchanté cette année, peut-être éventuellement « L’Illusioniste » de Sylvain Chomet. En tout cas, pour répondre aux détracteurs et pessimistes en tous genre, le cinéma est loin d’être mort et cette année 2010 a été plutôt riche et éclectique (n’hésitez pas à réagir et à donner votre top ten afin que l’on s’engueule !). Et viva le cinéma !

Voilà ce que j’ai commandé au Père Noël, cette année, et il a été super cool avec moi car il a exaucé toutes mes demandes. Merci toi !

…bonne fin d’année.