en vrac 132

Salut les kids,

« en vrac » tâche de revenir avec le sourire chaque dimanche puUUUrrRRR VUUUuuSSSS !!!!!

François Ozon tourne beaucoup. Un film en moyenne par an (et il en a toujours un d’avance !). Comme le faisaient les Chabrol, Lautner, John Ford ou Hitchcock. Justement, son dernier opus, « Dans la maison », taquine du côté de sir Alfred. Comme l’était déjà « Swimming pool » avec Charlotte Rampling et Ludivine Sagnier. On est moins dans « Les Oiseaux » et plus dans « Fenêtre sur cour »  ou « La Maison du Docteur Edwards ». Thriller psychologique voir fantastique, Ozon nous narre un professeur de français qui, charmé par le talent  d’écriture de l’un de ses élèves, va l’aider et le pousser jusqu’au danger dans la rédaction de son roman. Malheureusement, le scénario perd en crédibilité au fur à mesure que l’on avance dans l’histoire. Luchini est parfait (tout en retenu), le gamin de 15 ans est bon, Emmanuelle Seigner et Kristin Scott-Thomas itou mais un léger ennui vous envahit au bout de 45 minutes. Il n’empêche que François Ozon est un cinéaste qui compte, dans le P.C.F (Paysage Ciném.Français), et démontre depuis une quinzaine d’année une curiosité pour tous les styles et tous les genres. Il peut faire, aussi bien, un polar digne de Simenon (« Sous le sable » avec Rampling encore et Bruno Crémer) que des adaptations théâtrales (« Huit femmes »; « Potiche », tous deux avec Deneuve) ou des films psychologiques, sociaux et romanesques (« 5×2 »; « Le temps qui reste »….) trés ancrés dans le quotidien et dans la vie.

Publicités

Populaire

Coucou toi,

Populaire. Qu’est-ce qu’on l’entend ce mot là ! Utilisé à toutes les sauces. Pour une femme ou un homme politique, un chanteur, un acteur, une chanson, un film, un quartier même. Et chacun a sa propre définition, vision et point de vue. « Je suis désolé mais Johnny est un chanteur populaire, lui ! ». Populaire signifie être connu bien sûr, avoir du succès, être identifiable immédiatement, mais aussi traverser les générations et le temps, ne pas connaitre les « réflexes de classes » (des chansons comme par exemple « Je me voyais déjà » d’Aznavour , « La Javanaise » de Gainsbourg ou « Comme d’habitude/My Way » de Claude François sont fredonnées chez l’ouvrier comme chez le bourgeois »). Quand on dit, par contre, « olalala qu’est-ce que c’est popu ! bahhhhh !! », là c’est pour dénigrer, dire que l’on n’aime pas ou que c’est ringard, voir pour insulter (de Michèle Torr à Lara Fabian ou Céline Dion, de Franck Dubosc à Jean-Marie Bigard; du quartier parisien Barbès à celui lillois de Wazemmes; de « Camping »  aux « Bronzés 3 »…). Populaire en politique flirte souvent avec le populisme, le clientélisme voir le racisme et l’homophobie  (de Sarko à Berlusconi en passant par  (feu) Georges Frêche, Jean-Luc Mélenchon, Brice Hortefeux ou le groupe « La Droite Populaire » au sein de l’UMP, sans oublier of course les Le Pen père et fille !). Pourtant Sarko a été très populaire de 2002 à 2006 puis il a viré popu et populiste durant sa campagne présidentielle 2006-2007 (l’apothéose étant le concert de la Concorde avec Mireille Mathieu, Jane Manson et Enrico Macias…que des Grands !!!). On va voir ce qu’il va nous pondre pour la prochaine campagne mais il parait qu’il a changé (ahahah petit canaillou va !), qu’il est « habité » par la fonction, qu’il est « au-dessus de la politique politicienne », qu’il a découvert, grâce à Carlita, Dreyer, Billy Wilder, Maupassant et Simenon…que des auteurs populaires ( à part Dreyer) !…à se demander si Sarko est allé à l’école !

en vrac 14

Salut les wouinbaltringues,

étasoeur est à la bourre. A du retard dans son actualité politico-culculturelledemonfaubourg. Vous recommande, toujours, d’aller voir (si ce n’est pas fait, encore) les films de Polanski (« The gohstwriter »); de Besson (« Les nouvelles aventures… »), la comédiesympatochejelaidéjàdit (« Tout ce qui brille »). Si vous êtes parigo ou êtes proche d’un cinoche de répertoire: « Lifeboat » de Sir  Alfred Hitchcock; les films de Kazan (dont surtout « La fièvre dans le sang » !) ou « Panique » de Julien Duvivier, avec Michel Simon, adapté du « Mr Hire » de Simenon.

Que j’ai toujours pas vu « Mammuth« .

Que Lolo Baffie est toujours très drôle, le dimanche matin, sur Europe 1 avec « C’est quoi ce bordel ! ». J’ai hate d’aller voir son one-man au théâtre du Palais-Royal..

Que si vous avez des news du D.A.R.D. (Droit Au Respect et à la Dignité, je vous rappelle !) de Patrick Sébastien, faites moi signe !

Que j’étais invité, ce week-end, au mariage de mon cousin (je sais, ça vous fait de belles jambes). Il y avait, en plat principal, du coq au vin. Y’ a bien 20 ans que je n’en avais pas mangé. Du coup, j’en ai repris 3 fois. Par contre, le gratin dauphinois, qu’une seule fois !

Que Bertrand « Tatav » Tavernier fera sa « Master Class », dimanche prochain (2 mai), au Forum des Images, à 17H.

…et maintenant, Ladies and Gentlemen, 2 monstres en live et en liberté:

Na.