comedia !…hommage à Ettore Scola décédé le 19 janvier 2016.

Hello,

Profitant de la sortie du second opus du toujours talentueux comédien-réalisateur, Gianni Di Gregorio, « Gianni et les femmes » (après son délicieux « Déjeuner du 15 aôut »), retour sur un style, une école (?),qui fit florès du milieu des annéees 50 jusqu’au début des années 80, je veux parler de la comédie italienne. Ce sont des dizaines de films avec les Toto, Alberto Sordi, Vittorio De Sica, Gina Lollobridgida,Vittorio Gassman, Sofia Loren, Marcello Mastroianni, Nino Manfredi, Ugo Tognazzi (et Philippe Noiret, Jean-Louis Trintignant, Bernard Blier ou Michel Piccoli) , orchestrés par les Mario Monicelli, Dino Risi, Luigi Comencini, Pietro Germi ou Ettore Scola. Dino Risi disait que la comédie italienne n’était pas un genre en soi mais un esprit, une mode de pensée basés sur la satire et le politiquement incorrect (beaucoup des réalisateurs, dont Fellini et Scola, et scénaristes de l’époque viennent du dessin satirique). Ce sont les critiques italiens qui ont inventé l’expression « la comédie à l’italienne ( tout comme, on doit le terme-film-dommage-que-tu-sois-une-canaille6générique « la nouvelle vague » à la journaliste-vedette du journal « L’Express », Françoise Giroud).On y voit, dans ces films, les petites gens au quotidien avec leurs magouilles, leurs jalousies.sur fond d’années, d’après-guerre, industrielles et fastueuses mais pas toujours justes et égalitaires. Les années 70 évoquent déjà le désenchantement. Dans tous les cas, il y a de la pasta et de la minestrone because, faut pas déconner, l’Italie restera toujours Painl’Italie ! Des films savoureux, grinçants,féroces, parfois méchants, comme « Le Pigeon », « Pain, amour, fantaisie », de Monicelli » aux « Monstres » et « a vita difficile » de Dino Risi, en passant par « Divorce à l’italienne » de Pietro Germi aux « Affreux, sales et méchants » ou « Nous nous sommes tant aimés » d’Ettore Scola. Nanni Moretti, a tenté de traiter le berlusconisme et ses dérives, dans son film « Le CaÏman« , façon « comédie à l’ italienne ». C’est inégal et pas toujours réussi, il me semble.

Grace aux films de Gianni Di Gregorio, nous avons le sentiment de retrouver ces parfums, ces situations burlesques et ces dialogues drôles et justes. Cela fait un bien fou (je suis un grand sentimental, il est vrai), je vous les recommande chaudement.


en vrac 75

Salut les baltringues,

« en vrac » ne connait pas la crise et pense à votre bien, quoique qu’il arrive, chaque dimanche:


Gérard « obélix » Depardieu fut, une nouvelle fois, « grand » mardi soir. Se rendant en Irlande, par avion, pour le tournage d’ « Astérix IV », Gros Gégé, pris d’une furieuse envie
et impossible d’attendre la fin du décollage, a tout simplement uriné dans une bouteille rapidement remplie et »inonda »donc la moquette. Scandale, gêne de la companie, excuse du comédien, 2 heures de nettoyage…un conseil Gégé ?…arrête la cervoise !

Ressort en sallle « Une poule, un train…et quelques monstres » de Dino Risi. Y’a pas photo mais la comédie italienne…on n’a pas fait mieux depuis ! Savoureux filml et Nino Manfredi…un immense acteur.

Alors que les rebelles libyens sont dans Tripoli et assaillent le bunker de Kadhafi…les rumeurs vont bon train: « est-il encore en Libye ? « ; « Non, il est en Algérie ! »; « mais pas  du tout….il est en Tunisie ! »; « Mais en fait, est-il en core vivant ? »…ON S’EN FOUT….QU’IL RENONCE AU POUVOIR ET QU’IL SOIT ARRËTE ET JUGE  PAR UN TRIBUNAL INTERNATIONAL! Na.

…à toute !