Rentrée 2013

  1. article_JulienLutt-8492sottoComme d’hab, elle se pointe  gentiment fin août.  Pour les grilles des radios généralistes par exemple, avec un nouveau mercato très attendu pour certaines:  Europe 1 avec au commande du 6H-9H, Thomas BENDIT7760595068_alain-duhamelSotto et un billet d’humeur (souvent décapant) de Dany Cohn-Bendit à 7H55 (« L’humeur ») ; Alain Duhamel, sur RTL, déplace à sa demande son édito politique de 7H40 pour 18H30 dans l’émission de Marc-Olivier Fogiel. En téloche aussi ça bouge (quoique): avec l’arrivée du père De Caunes au commande du « Grand Journal » de Canal (pour ceux qui n’étaient pas au courant depuis 2 mois). Alors vous l’avez regardé ? Pas pris un coup de 6277759-le-grand-journal-de-caunes-reprend-les-chaussons-de-denisotvieux le ch’Toine ?!? Toujours drôle et insolent ??!??…pas vu et pas envie en ce qui me concerne. Je trouve la recette déjà usée (et puis De Caunes j’en suis revenu depuis que j’ai bossé avec lui sur un film…vraiment pas sympa !!), je préférais Denisot même si la formule s’essoufflait. Reste le toujours réjouissant et rigolard mylene-farmer_tv_le-petit-journal-people_canal-plus_15-09-2009_001« Petit Journal » de Yann Barthes désormais diffusé à 20H25. Une touche de « belgitude » est apportée respectivement par 5229a37835702bc05f0bfb58Charline Vanhoenacker pour « le 5h-7h » de France Inter (aux côtés d’Eric Delvaux) et par Myriam Leroy tous les vendredis dans « La nouvelle édition »d’Ali Baddou sur Canal.

rentree_2Rentrée of course pour les petits et grands n’enfants demain et aujourd’hui pour les instituteurs et les professeurs. Va-t-elle être 1091771-418747-jpg_968095_434x276catastrophique, comme le laissent entendre certains syndicats, avec l’application de la semaine à 4 jours 1/2 imagesdans beaucoup de villes ??!?? J’avoue ne pas comprendre les critiques contre cette réforme 196627tant réclamée et demandée par le personnel éducatif et une grande majorité de echanges_franco-allemands_lecture_seule_mode_de_compatibilite_-_microsoft_wo_2012-06-23_16-55-13parents. « C’est mieux pour l’enfant… »;  » En Allemagne, un enfant a 208 jours de cours par an, 144 pour un français… ». Pays décidément extrêmement difficile à bouger et à changer.Cela risque de n’être pas de tout repos pour le ministre de l’Education Nationale, Vincent Peillon, car il lance en même temps et coup sur coup, trois autres chantiers importants: celui de la refonte des programmes (sic), celui de la formation du manif-educationmétier d’enseignant (on lui fait quoi ?? on le change ?? on lui rase les nouilles ???) et celui nécessaire de l’évolution  des ZEP (Zone d’Education Prioritaire). Il a de quoi mettre 1 ou 2 millions de personnes dans la rue. Ca nous changera car cela commençait à manquer en France, une bonne grève !

2013-07-24T151615Z_411248963_PM1E97O1BP401_RTRMADP_3_FRANCE-SYRIA_0Rentrée chaude aussi pour Pépère (mais elles le sont toutes pour les présidents de la République) car il vient de recevoir un camouflet avec la décision d’Obama de faire voter le Congrès (d’ici 9 jours) pour une intervention 2308-SyrieObamaen Syrie alors qu’ils s’étaient mis d’accord quelques heures avant. Les opinions américaines et européennes sont contre cette intervention la jugeant incertaine (« En Syrie, on sait identifier notre ennemi mais pas nos alliés !… »), dangereuse et couteuse,. 2445433Obama l’a senti, David Cameron s’est fait humilier lors d’un vote négatif de la Chambre des communes, d’ici aussi à ce 698948que cela se produise en France, il n’y a qu’un pas. Hollande pourra toujours se réconforter en regardant les chiffres (en hausse) du chômage en juillet et ceux des ventes automobiles des constructeurs français (- 10,9 %).

L-un-des-couples-les-plus-convoites-Johnny-Depp-et-Vanessa-Paradis1_exact810x609_lJ’aurais du commencer ce billet par ces infos capitales (Tétard me l’a  déjà reproché): après Vanessa et Johnny, suivis par Catherine Zeta-STM_SM3213_Cover_Newsstand_0_073_1201936.pdfJones et Michael Douglas, et bin c’est la Monica qui lâche le Cassel (ou inversement, peu importe !!!). Itou pour Clint Eastwood à 83 printemps. Mais Unknownoù va le monde ma p’tite dame ??!!??? A quand un largage de Nico par Carlita ? Flamby christophe-lambert-et-sophie-marceau-cabourg-2010-4724572rsnaw_1713par Cruella ?…et mieux encore: Greystoke par Sophia ????…j’en tremble.

VANESSA-PARADIS-2013_2579868057238570377Concernant le volet « cultureux » de cette rentrée, citons en vrac: Vanessa Paradis est en tournée avec son excellent double-album, « Love Songs », concocté par Benjamin Biolay. Cécile de redim_proportionnel_photo.phpFrance joue et chante (euh….) « Anna », la comédie musicale mis en musique par Serge Gainsbourg pour Anna Karina et filmée par Pierre Koralnik en 1967 pour l’ORTF. C’est « toiletté et mis à jour » par Jean-Loup Dabadie, joué au Rond-Point à Paris en septembre puis en tournée. J’y vais en décembre au Colisée de Roubaix et j’avoue ma curiosité et mes doutes sur les capacités vocales PETER-GABRIEL-CD_1243691422029190947de la comédienne belge. Si vous avez jamais vu Peter Gabriel en concert, foncez-y !!!…c’est de la bombe !!! D’autant plus qu’il reprend en intégralité son album culte « So ».

la-fin-du-monde-est-pour-dimanche-affiche« La fin du monde est pour dimanche » nous prédit François Morel. c’est le titre de son nouveau spectacle. C’est un petit joyau de la-fin-du-monde-argenteuilfantaisie, de poésie et de loufoquerie. Il est en tournée à partir de janvier 2014. Quand on peut goûter au bonheur…faut pas hésiter !!!

dessay-webLa castafiore Nathalie Dessay en compagnie du maestro Michel Legrand continuent d’arpenter les scènes mondiales et gauloises (Tours; Montpellier; l’Olympia; Toulouse; Lille…) avec leur tour de chant très jazzy, cinématographique (« Comme une pierre que l´on jette Dans l´eau vive d´un ruisseau… ») et festif avec un hommage, entre autres, à Nougaro.

robin-revient-tsoin-tsoin-afficheMuriel Robin revient avec un nouveau one woman-show (beurrrrkkk Evelyne-Buyle-et-Pierre-Arditi!!!!!!). Pierre Arditi avec « Comme si il en pleuvait », Gérard Jugnot dans la nouvelle Cher-Tresorpièce de Francis Veber « Cher Trésor », seront sur les scènes des théâtres francophones tout au long de la saison.

guy_bedos_rideauDe même que vous pouvez voir encore et plurielles-ok-laurentgerras-10761840qsblatoujours d’ici Noël à Paname ou en province, les spectacles de Guy Bedos (der des der le 23 décembre à l’Olympia !) ou de Laurent Gerra accompagné par le big-band de Fred Manoukian..

Le biopic est un genre cinématograhique (plutôt anglo-saxon) qui a (de nouveau) la côte depuis une dizaine d’année: vous pouvez éviter « Le article_TheButlerMajordome » qui narre 40 ans de services d’un domestique auprès des Présidents américains (de Kennedy à Ronald Reagan en passant par Richard Nixon). C’est un flot de « bons sentiments » le tout-mélangé en THE BUTLERacte(s) patriotique(s) nappé de militantisme noir. Désolé mais c’est vraiment mauvais Forest Withaker est bon (mais il l’est toujours !!) et Oprah Winfrey ferait mieux de continuer ses activités de talk-showoman à la télévision et d’arrêter de vouloir « faire la comédienne ». Mention spéciale pour Jane Fonda qui campe une Nancy Reagan « aux petits oignons ».

Performances d’ acteurs ?…en liberace_2572685bvoilà deux comme celles de Michael Douglas et Matt Damon pour le biopic Unknown« Ma vie avec Liberace », pianiste gay, déluré, genre un Richard Clayderman habillé en Elvis de Las Végas !! C’est à la base un téléfilm pour la chaine HBO mais les acteurs se ap_gty_liberace_douglas_kb_130523_wmaintaillent un franc succès dans les festivals. C’est sensé être l’ultime film de Steven Soderberg. Les maquillages sont tout simplement prodigieux. A la fin  du film, Kirk Douglas a été « littéralement secoué » de voir son fils au bord de la mort ravagé par le virus du sida.

elle-s-en-vaDeneuve, la reine Catherine fête le mois prochain ses 70 printemps mais continue « à oeuvrer » et faire son « bonhomme de chemin » dans la galaxie du cinéma. Son denier opus, « Elle s’en va » écrit pour elle par elle-va-cuisine-@fideeliteeEmmanuelle Bercot (aussi la réalisatrice) et Jérôme Tonnerre est un petit bijou.  Betty, ancienne Miss Bretagne, suite à un chagrin d’amour, abandonne son restaurant de elle-s-en-va-1Concarneau et sa mère (la délicieuse Claude Gensac). Va s’en suivre un périple « iniatiatique » à travers la France des champs, des autouroutes et et des zônes commerciales où « tout est possible » dans l’imprévu et les rencontres!!! Drôle et touchant. Mentions spéciales au gamin, Nemo Schiffman et à la chanteuse Camille. E-PA-TANT !!!…viva Catherine Deneuve !!

Publicités

Les 80 ans de Guy Bedos

Salut les loulous,

Guy Bedos a  80 printemps aujourd’hui (15 juin 2014). Retour sur la carrière du comédien-humoriste/show-man qui a fait ses adieux au music-hall le 23 décembre dernier sur la scène de l’Olympia (après deux ans de tournée avec son spectacle « Rideau ! »). On n’y croyez pas quand il l’a annonçé: « Je ne veux pas faire le spectacle de trop… ». Je n’ai pas souhaité y aller. M’imaginer que je ne le reverrai plus me rend triste et « tout chose ». Ma première à moi fut en janvier 1987 sur la scène lilloise du théâtre Sébastopol lors de sa tournée triomphale du

1471215_10152052761657299_1660661643_n7768209491_guy-bedos-devant-l-olympia-avant-sa-derniere-representation-le-23-decembre-2013Cirque d’Hiver. Un choc et un vrai panard !! Adieu l’artiste donc, bien qu’il soit en pleine forme . Guy Bedos n’arrête pas pour autant la scène (« j’ai un projet de pièce ») ni le cinéma (« y’a des films qui clignotent…dont un en Algérie avec mon copain Fellag. « )  mais le one-man-show, la revue de presse, les sketches au débit de mitraillette…basta. Terminato. Rideau !

Durant 90 minutes, Guy Bedos sautille, bondit, s’excite, s’énerve, prenant un malin plaisir « à jouer avec son public « . Et puis, et puis…le revue de presse !!…ahaha la fameuse, l’incontournable sortie de fiches de la poche de sa veste ! C’est vrai qu’en cette année de campagne présidentielle, Guy Bedos, rentré à nouveau en Résistance le soir du 6 mai 2007 (après le septennat de Giscard), a une revanche à prendre sur Tom Pouce et compte bien, à sa modeste façon, faire chuter le nabot de l’Elysée. On frise parfois, durant le spectacle, le meeting politique ! Rassurez-vous, Martine Aubry, Fabius, Chevénement et DSK (juste ce qu’il faut) en ont pour leurs grades (plus le gouvernement au grand complet !).

Commençée au théâtre, en 1951, au côté de son « frère » Bébel, la carrière de Guy Bedos bifurquera vers le music-hall en 1965, en co-vedette aux côtés  de Barbara à Bobino, avec sa compagne et partenaire de l’époque, la belle et rigolote Sophie Daumier. Après leur séparation, Bedos va mettre au point un style de spectacle mêlant sketches et commentaires sur l’actualité politique et sociétale. Pour Jamel Debbouze, Gad Elmaleh, il est le premier « performer » français , en quelque sorte l’importateur officiel du « stand-up » en France. Stéphane Guillon et Christophe Alévêque  le considèrent comme leur « Godfather »  (amen !). Dire que celui qui a « écouté » les premiers sketches de Bedos en lui suggérant des commentaires et suggestions s’appelait Raymond Devos et que certains critiques ont cherché à les opposer alors qu’ils ont un style pour le coup on ne peut différent !! Bedos a connu de nombreux chagrins en perdant son autre « frère », Pierre Desproges ainsi que ses potes Coluche et Thierry Le Luron et dernièrement Sophie Daumier. Très entouré par ses enfants (Leslie, Victoria et Nicolas), l’homme a des l’humanité et de la générosité envers son public (qui le lui rend bien) et se considère de « la gauche couscous ».

Bref, j’aime Guy Bedos. L’ai vu huit fois en spectacle et 2 fois au théâtre (dont l’excellente pièce de Bertolt Brecht, « L’irrésistible ascension d’Arturo Ui », montée par Jérôme Savary en 1993 à Chaillot). C’est annonçé comme ses adieux au music-hall mais comme le dit si justement son vieux complice Jean-Loup Dabadie, « tu sais Guy, après le rideau, il y a les rappels ! ». Je vous embrasse Monsieur Bedos et Joyeux Anniversaire.

Montand

Hello les loulous,

Ivo Livi dit Yves Montand nous quittait, il y a 20 ans pile aujourd’hui, le 9 novembre 1991. Il venait d’avoir 70 ans, le 13 octobre. Quel carrière ! Chapeau l’artiste. Immense vedette internationale, lui. Qui a connu les plus belles scène de Broadway,San Francisco Rio, Mexico, Moscou ou Paname. Tout comme un de ses modèles Charles Trenet, Aznavour, sa « mentor/coacheuse-pygmalione/1ère vraie amoureuse » Edith Piaf (qui lui a donné confiance et certaines « clefs » du métier de chanteur). Ou comme Simone Signoret (« sImôneU ! », rencontrée à « La Colombe d’or » à Saint-Paul de Vence où Jacques Prévert avait une maison), sa femme, « sa moitié », « son épaule ».Eux deux ont tourné à Hollywood (Signoret a reçu un Oscar… comme Juliette Binoche et Marion Cotillard). Ils sont vraiment pas nombreux les frenchies à pouvoir s’en vanter. Montand a tourné avec Marilyn…LA Marilyn dans le film de Georges Cukor, « Le Milliardaire ». Ils se sont d’abord littéralement dévorés des yeux avant de succomber à….wouaahh !!!

Quel parcours pour ce fils d’émigrés d’une famille paysanne de Toscane, les Livi, contraint de fuir l’Italie de Mussolini et son régime fasciste (le papa était communiste), pour rejoindre Marseille et s’installer dans un de ses quartiers les plus pauvres. Les Livi vont connaître le racisme et seront traités « de ritals ». Le petit Ivo a une jolie voix (comme la mAmma !), se passionne rapidement pour le cinéma et spécialement les comédies musicales et tout particulièrement  celles de son idole, Fred Astaire et ses numéros de claquettes légendaires (à qui il rendra « hommage » 40 ans plus tard, devant lui, sur la scène des Oscars…très drôle d’ailleurs !). Surnommé le Charles Trenet marseillais, Ivo Livi devient Yves Montand et sera un des plus grands chanteurs de France et du monde (il pouvait « tenir » 7 mois à « guichet fermé » au Théâtre de l’Etoile). Travaillant comme un besogneux, répétant mille fois un geste ou un pas de danse, faisant de la barre tous les jours jusqu’à épuisement. Il menait la vie dure à ses musiciens (dont son pianiste-arrangeur-confident-souffre douleur Bob Castella). Il avait beaucoup d’affection pour son guitariste Henri Crolla (« mon Riton ! »), qui était un proche de Django Reinhardt, décédé en 1960. Il a travaillé aussi bien avec le pianiste Maurice Vander qu’avec l’harmoniciste Jean-jacques Milteau. Dans le magnifique documentaire » Ivo Livi, dit Yves Montand » de Patrick Rotman,diffusé sur France 2 hier soir (3 288 000 téléspectateurs), on voyait très bien que Montand était un grand traqueur et un angoissé. Il pouvait répéter chez lui, en Normandie dans sa maison d’Autheuil, jusqu’à 10 heures par jour avec ses musiciens. Obstiné, maladivement perfectioniste, il « ne lâchait rien » quitte à être colérique et de très mauvaise fois. Mais voilà il EST un VRAI artiste de music-hall: chant, danse et comédie. Prévert, Kosma, Marguerite Monod, Francis Lamarque, Loulou Gasté (« ooh mon LoUlOU !!! »), Castella, Crolla, Hubert Rostaing ont écrit et/ou/ composé et/ou arrangé des dizaines de chansons pour lui (« Les Plaines du Far-West » son premier tube; « Les Grands Boulevards »,; « A Paris »; « A bicyclette »; « Battling Joe »; « A pied »; « Le jazz et la java »; « Duke Ellington »; « C’est si bon »; « Syracuse »; « La chansonnette »; « Revenant de l’école »; « La vie en rose »; « L’âme des poètes »; « Sa jeunesse »; « Mon manège à toi »….). Il reste pour moi le meilleur interprête des « Feuilles mortes » (voir ou écouter le récital de l’Olympia 1981 où le public lui réclame chaudement la chanson !). Un regret pour ma part, Montand avait annonçé son retour sur scène, à Bercy pour l’automne 1992, hélas il a cassé sa canne et je l’ai eu dans le baba.

Voilà pour la facette « chanteur-danseur », mais n’oublions pas que Montand tourne depuis 1944. Au compteur, déjà une bonne quinzaine de films (dont « Le Salaire de la peur » d’Henri-Georges Clouzot avec Charles Vanel; « La Loi » de Jules Dassin; « Le Milliardaire » de Cukor), mais c’est à partir surtout de 1964-65, une lassitude de la chanson se faisant ressentir, que Montand se tourne prioritairement vers le cinéma. C’est avec Costa-Gavras dans « Compartiment de tueurs » que les choses cinématographiques sérieuses ont commençé pour Montand.Ils feront ensemble, avec le scénariste Jorge Semprum, excusez du peu, « Z » et « L’Aveu » d’après le roman d’Arrtur London.Le cinéaste retrouvera son acteur fétiche pour « Etat de siège » et « Clair de femme » au côté de Romy Schneider. Montand a tourné avec Resnais (« La Guerre est finie »), a fait partie of course de « Paris brûle t-il ? » de René Clément,   a fait confiance, en 1976, au jeune Alain Corneau avec qui ils tourneront 3 films (l’épatant « Police Python 357 », tourné en Sologne avec Simone Signoret et François Perrier; « La Menace » tourné au Canada et le remarquable « Le Choix des Armes » avec Depardieu, Galabru, le jeune Gérard Lanvin et la somptueuse Catherine Deneuve), Deneuve qu’il retrouvait après le cultissime « Le Sauvage » de Jean-Paul Rappeneau, avec qui il tournera, en 1981, « Tout feu, tout flamme » avec Isabelle Adjani. Personnages souvent cabots, forts en gueule, généreux, égocentriques, drôles, menteurs, parfois roublards, « toujours en mouvement » et « prenant de la place » (« Le
Diable par la queue »
de Philippe de Broca; « César et Rosalie » et « Garçon » de Claude Sautet (l’acteur a demandé  au réalisateur et au scénariste Jean-Loup Dabadie que le personnage de Jacques Villeret ne « lui pique pas la vedette »)« Le Grand Escogriffe » de Claude Pinoteau avec
Claude Brasseur; « La Folie des Grandeurs » de Gérard Oury…). Plus ombrageux avec ses failles et ses contradictions sont ses rôles dans « Vivre pour vivre » de Claude Lelouch avec
Annie Girardot et Candice Bergen, « Vincent, François, Paul et les autres » du toujours Claude Sautet, « Trois places pour le 26 » de Jacques Demy (« biopic » sur la vie de Montand sous forme de retour de la star à Marseille pour un spectacle sur sa vie) ou « IP5 » de Jean-Jacques Beineix (film très critiqué à l’époque avec une polémique dégueulasse où le réalisateur fut « soupçonné » d’avoir « provoqué » la mort de Montand décédé à l’hôpital de Senlis suite à un tournage de nuit en forêt avec baignade sur un étang). Et puis et puis et puis, il y a eu le Papet dans « Jean de Florette » et « Manon des Sources » de Claude Berri avec Daniel Auteuil et Gérard Depardieu, d’après l’oeuvre de Marcel Pagnol….GRANDIOSE et MAGNIFIQUE !!! Merci Monsieur Montand pour cette carrière fabuleuse (certains ont même cru que vous alliez devenir Président de la République !) , espèrant que le temps ne vous oubliera pas auprès des nouvelles générations.