Tony(no) Bennett

Hello les kids,

Le célèbre crooner de jazz, Tony Bennett (de son vrai nom Anthony Dominick Benedetto), est en tournée européenne jusqu’à la mi-août. Il était de passage à Paris, le 6 juillet, pour un récital unique à l’Olympia (pas venu chanter en France depuis l’année 2000 ) . J’y étais et ce fut magique. 85 minutes de pur bonheur ! A bientôt 86 ans (le 3 août prochain), sa voix n’a quasiment pas changé. Tout en velours, grâce, swing et élégance. Quelle carrière ! Depuis 60 ans ? 65 ans ? Etudes à la prestigieuse  High School of Industrial Art à New York où il étudie à la fois la musique et la peinture (il la pratique entre deux tournées, style dont je ne raffole pas). 1er album-studio officiellement en 1952. Indémodable, infatigable et irremplaçable. Encore dans les premières places, il y a quelques semaines, dans les charts américains avec son second album de duos, « Duets II », sorti à l’automne dernier, 
avec par bonheur, un
somptueux « Body and soul » en compagnie d’ Amy Winehouse et d’ 
un « The lady is a tramp » aux « petits oignons » with Lady Gaga. Il a chanté du Cole Porter, Georges GershwinJohnny Mercer, Irving Berlin, Michel Legrand, « The Good Life » (adaptation de la chanson « Toute la pluie tombe sur moi » chantés par Sacha Distel et Eddy Mitchell) et cotoyé ou travaillé avec Billie Holiday, Ella Fitzgerald,  ou Franck Sinatra, Stevie Wonder, Elton John, Ray Charles, Diana Krall ou B.B King, accompagné par les meilleurs musiciens « de la ville » (Count Basie, Bill Evans ou Ralph Sharon par exemple). Il arpente, chaque année, les routes américaines et canadiennes, chantant dans de nombreuses villes. Charmeur au sourire carnassier, Tony semble sorti tout droit d’un film de Scorsese où tous les macaronis, après « un bon repas préparé par la mAmma !! », lui ordonnent de pousser la chansonnette (et plutôt sicilienne tant qu’à faire !). C’est un monstre sacré encore et toujours en activité et qui ne se lasse pas de son métier. Il nous impose juste sa fille en première partie qui chante comme « une casserole ». Bon ok Mr Bennett, c’est promis, on ne vous en veut pas. Longue vie à vous !

en vrac 101

Bonjour toi…créature des Dieux, de ta mère et (un peu) aussi de ton père,

« en vrac » attaque sa seconde centaine avec une candeur d’enfant, une énergie à revendre et une haleine fraiche et parfurmée.

Je n’en croyais pas mes yeux quand j’ai vu l’affiche sur un boulevard parisien jeudi soir dernier. Tony Bennett viendra chanter le 6 juillet à l’Olympia ! ENFIN !!!!! Pas venu en France depuis l’an 2000. J’y croyais plus ! Tonyno La Branlette, Tonio Tortellinett, « The Voice » (tant pis pour Sinatra !) va venir avec sa voix de velours et sa tronche bronzée et souriante de vieux mafioso.. Je suis fou de joie !!! Inutile de vous dire que j’ai déjà ma place et que vous aurez droit à un compte-rendu (n’en déplaise au ((sous-minuscule)) Tétard Volcanique !). J’ai hâte !

Finalement Jean-Louis Borloo ne sera pas présent, ce midi, au (méga-super-ca va tout péter !) meeting (de la dernière chance ?!?) de Sarko à Villepinte (Seine Saint-Denis).. Son mouvement, le Parti Radical, réuni hier en congrès, a voté pour le soutien de Sarkosy « mais un soutien vigilant » a déclaré Borloo. Sacré Jean-Louis, tu nous fais bien marrer. Ministre quasi-permanent de la Ville puis de l’Ecologie de mai 2002 (sous Chirac) à octobre 2010 (sous Sarkosy),après avoir été maire et député (qu’il est redevenu depuis son départ du gouvernement) de Valenciennes depuis 1989, il nous fait le coup de « je sais pas, j’hésite…j’ai renoncé en octobre dernier à me présenter à l’élection présidentielle parce que Nicolas m’a mis une pression folle mais je sais pas si je suis de droite ou…si je vais aller m’en jetter un à la buvette de l’Asssemblée Nationale ». Rama Yade qui est devenu ta grande fan et t’a rejoint dans ton (sous) micro parti politique s’est abstenue hier et souhaite retrouver « le Nicolas Sarkosy de 2007 ». Sarko lui peut toujours se consoler du soutien et de la présence, aujourd’hui, de Gérard Depardieu (et oui !) qui sera aux côtés de Bernadette Chirac, Christian Clavier et de Didier Barbelivien (il en a de la chance !) mais sans Sardou (il est fâché), Johnny (il a dîné avec François Hollande avant les fêtes) ou Jean-Marie Bigard (il est à la messe) . Tout cela doit mettre en joie le (toujours) centriste François Bayrou, dernier représentant de ce courant politique avec sa philosophie mouvante et son programme pas toujours clair, dans la course élyséenne de 2012.

La déferlante « Cloclo » de  Florent Emilio Siri va se répandre dans tous le pays, mercredi prochain. Rappel que le biopic est un genre qui existe depuis la naissance du cinéma. Il refait florès depuis quelques années, les ricains en étant très friands. Sont annoncés (en attendant le film sur Marilyn qui sort en avril), toutes nationalités confondues, moult projets sur Lady Di, trois sur Picasso, autant sur Marvin Gaye, deux sur Steve McQueen, Janis Joplin et Salvador Dali, un sur Montand (avec Thierry Neuvic…oups !?!) et Romy Schneider, sans oublier un Abraham Lincoln par Spielberg et un Sinatra par Scorsese…rien ne leur fait peur aux producteurs, scénaristes et réalisateurs ! Certains acteurs touchent le bingo (comme Jamie Fox ou Marion Cotillard), d’autres ont eu du mal à s’en remettre (Val Kilmer, par exemple, pour « The Doors »). On verra pour Jérémie Renier qui endosse les costumes tout en strass et paillettes de notre célèbre chanteur de disco. et de variétoche.

L’infatigable Guy Bedos, actuellement en tournée dans toute la France, s’est arrêté aujourd’hui lundi, sur le site métallurgique d’ArcelorMittal en Moselle, pour soutenir et encourager le
combat des ouvriers afin que les hauts-fourneaux de l’aciérie redémarrent. Sans casque de chantier sur la tête « pour ne pas faire candidat en campagne ».

Bonne semaine.

chanter

Salut les kids,

Passer de la chanson à la comédie, nombreux sont ceux qui l’ont fait. De Dutronc à Eddy, de Johnny à Elvis (c’est pas ce qu’ils ont fait de mieux d’ailleurs), de Montand à Aznavour, de Sinatra à Dean Martin ou de Vanessa Paradis à Marc Lavoine, sans oublier Nicole Croisille, Guy Marchand (clarinettiste de jazz à la base) ou Michel Sardou (qui fait aussi carrière au théâtre). L’inverse est moins courant, quoique.

Serge Reggiani a mené, passé la quarantaine, une double carrière en y faisant aussi de la scène. Ses interprétations des chansons écrites par Boris Vian ou des textes de Jean-Loup Dabadie (voir la chanson « Le temps qui reste » à la fin du film « Deux jours à tuer » de Jean Becker) sont formidables.

Gabin (son père était cafetier) venait de la danse (Revue au Folie-Bergère) et du caf-conc, comme son compère Fernandel. Bourvil et Jean Carmet du Cabaret et du Music-Hall (Bourvil a joué dans quantité d’opérettes et était un formidable chanteur. Carmet a fait, lui, partie de la troupe des « Branquignols » de Robert Dhéry). Ils étaient déjà « polyvalents » avant l’heure.

De même ,Coluche adorait faire le chanteur et avait un réel talent que ce soit sur les scènes des music-halls, aux « Césars » de 1984 ou en duo avec ses potes Renaud, Eddy, France Gall ou Michel Berger

.

Michel Simon savait aussi chanter (  « Comme de bien entendu » dans « Fric Frac » ou en duo, avec Gainsbourg, dans « L’herbe tendre »).

Serge Gainsbourg a écrit rapidement pour les actrices. Il en a même fait une de ses spécialités, une « marque de fabrique ». Certaines resteront, d’autres pas. De Bardot (« Je t’aime moi non plus » lui était destiné avant qu’il ne soit censuré par Gunter Sachs) à Mireille Darc ou Anna Karina. De sa compagne, Jane Birkin (of course), à leur fille Charlote, en passant par Deneuve (« …une sacrée occase ! ») ou Adjani. Seules Jane Birkin et plus récemment Charlotte Gainsbourg (actuellement en tournée) mènent une carrière sur scène et en studio.

Sophie Marceau et Alain Delon ont bien faits de ne pas persévérer même si le duo « Paroles…paroles… », avec Dalida, fait le délice des fins de soiréee alcoolisées.

Depardieu assure, avec la chanson « ca va« , pour le générique de fin de « Mon père ce héros » de Gérard Lauzier (1991) et mouille sa chemise, en chanteur régional, dans « Quand j’ étais chanteur«  de Xavier Giannoli (2006).

Michel Blanc l’a fait occasionnellement pour nous faire rire.

Véronique Jannot fut solaire et resplendissante  en duo avec Lolo Voulzy. Nous moins.

En revanche, Jeanne Moreau l’était quand elle chantait « Le tourbillon de la vie » dans « Jules et Jim » (1961) de François Truffaut.

Gérard Darmon, lui, se verrait bien crooner à long terme.

Agnès Jaoui en est à son second album et prend manifestement plaisir à chanter, sur scène, du boléro, de la bossa, du fado,de la  salsa, de la samba ou du flamenco.

Clémentine Célarié s’y est risqué sur un album avec ses trois fils.

Ce que l’on sait moins,c’est que Jacques Higelin fut d’abord un acteur avant d’enregistrer son premier album chez Jacques Canetti (avec, entre autres, des chansons de Boris Vian). Il deviendra, par la suite, l’ immense « bête de scène » que l’on sait. Il a aussi fait un duo avec Isabelle Adjani.

Je ne vous parlerai pas de Bruel car il n’y a rien à en dire.

Chez les Ricains, l’acteur qui chante depuis une bonne vingtaine d’années est Bruce Willis. Déjà quelques albums et il chante, parfois, dans des clubs.

Nicholson a vu « La vie en rose« , avec Diane Keaton, pour les besoins d’un film.

Robert Mitchum a découvert le calypso.

Clint Eastwood a, lui aussi, poussé la chansonnette, entre autre, pour la bande originale de son film « Minuit dans le jardin du Bien et du Mal » (1995) et Nicole Kidman est tombée dans les bras de Robbie Willians (« Somethin’ Stupid« ).

Allez, tous en choeur ! 1,2 et 3 !

La bise.

Bonjour ! Bonsoir ! BIENVENUE !

Mesdames, messieurs,

le changement s’impose !

étasoeur méritait mieux !

Et bien, voilà, c’est chose faite !!

Plus pratique, plus accessible, plus ouvert; laissant une plus grande place au talent de votre chroniqueur préféré !

(je dis bien « chroniqueur » et non « gros niqueur », étasoeur n’est pas comme ça)

(cliquez sur la photo pour l’agrandir)

Allez, à la prochaine !