en vrac 87

Bongiurno everybody !

« en vrac » savoure ce temps idyllique pour un mois de novembre avant l’arrivée de la neige et les congères.

Berlusconi a enfin démissionné, hier soir, sous l’acclamation et les huées de nombreux romains. C’est un peu jour de fête, à ne pas y croire ! Depuis le temps qu’il ne nous faisait plus rire avec ses frasques, »ses parties fines » avec Kadhafi (et DKK ?!?), ses blagues de gros macho « à trois balles  » et ses chansons napolitaines ringardes. Ciao Silvio !

Voici Philippe Pozzo di Borgo et Abdel Sellou qui ont inspiré les rôles tenus respectivement par François Cluzet et Omar Sy dans le film « Intouchables » d’Eric Toledano et Olivier Nakache.      10.060.497   entrées, comptabilisées, en 3 semaines d’exploitation en France….bigre ! Nouveau phénomène de société à la « Ch’ti » ?…qui sait ?

Je suis allé voir Johnny, au théâtre Edoiuard VII, dans une pièce méconnue de Tennessee Williams , « Le Paradis sur terre ». L’auteur américain a été souvent adapté au cinéma par de grands metteurs en scène  (Elia Kazan par exemple) qui ont donné de grands films et de grands rôles à des immenses acteurs (de Marlon Brando à Vivien Leigh en passant par  Elisabeth Taylor et Paul Newman). L’adaptation française a été confié à Jean-Michel Déprats et c’est le bat qui blesse. Elle est mauvaise, « lourde » et vulgaire (pas de mots tels que « pute » ou « connerie » chez Williams !), se voulant moderne et « jeuns ». On ne retrouve pas l’univers oppressant , fait de non-dits nappés d’une violence d’abord retenue puis explosive. « …et Johnny alors??!??; « …il est comment ??? » ; « nul j’parie ??? ». Non pas nul. Inégal avec un jeu limité. A l’aise sur scène pour se déplacer et connaissant son texte (le minimum me direz-vous !). Mais un problème dans le placement de sa voix (et oui le théâtre est une discipline qui a ses techniques), particulièrement quand il s’énerve d’où parfois un effet « à plat » ou « à côté ». Problèmes aussi parfois de compréhension (Johnny mâche les mots comme son pote Eddy !). Dommage car c’était un challenge pour le chanteur à la carrière de plus de 50 ans de faire « pour la première » fois » du théâtre. Audrey Dana est parfaite mais ne suffit pas « à sauver une entreprise » mal embouchée et mis en scène et dont l’adaptation trahit l’univers du dramaturge américain. Dernière samedi 19 novembre retransmis sur la chaine Paris-Première.

…à bientôt.

en vrac 81

Salut à toi oh mon frère

Voici venu le temps du recueillement, de la réflexion et de l’analyse, de la préparation du gigot du dimanche, de se préparer à aller à la messe avec belle-maman et de savourer à l’avance la nouvelle livraison d’ « en vrac » (que je me la pète mais grave !):

Suite aux élections sénatoriales de dimanche dernier pour le renouvellement d’un tiers des sièges, la gauche a remporté ,pour la première fois dans l’histoire de la 5ème République, la majorité au Sénat. C’est l’ancien président du groupe socialiste, Jean-Pierre Bel, qui a été élu, hier après-midi, à la présidence de la Haute Assemblée (« le plateau »). Malgré son élection confortable (179 voix) et pour quelqu’un qui se présentait pour la troisième fois (2004/2008), Jean-Pierre Bel avait l’air de ne pas comprendre ce qui lui arrivait… »complètement paumé » le pépère ariégeois (dire qu’il est censé remplacer le Président en cas de vacance de pouvoir dans le protocole institutionnel)  ! En attendant, l’UMP n’en menait pas large…est-ce le début d’une nouvelle cohabitation ?…les 7 prochains mois nous le diront.

Ambiance crépusculaire à l’Elysée ? Fin de règne ? Les rats quittent le navire ? En tout cas, pour un candidat qui nous annonçait en 2006-2007  « je veux une république irréprochable ! », Sarkosy a du soucis à se faire: affaire Bettencourt (financement pour la campagne 2007), affaire des rétro-commissions dans la vente des frégates de Karachi (financement pour la campagne d’Edouard Balladur en 1995), les intermédiaires-conseils-porteurs de valises-très bavards mis en examen ou convoqués (et pour certains très proches du Président), un ancien ministre de l’Intérieur interrogé par la justice pour avoir « voler au secours d’un ami », un procureur (de Nanterre) mis en examen pour avoir » mis sur écoute » un journaliste du journal « Le Monde », rajoutez à cela des sondages catastrophiques pour une nouvelle candidature en 2012 ! oui Sarkosy est dans la mélasse et on a du mal à croire que l’union au sein de l’UMP tienne encore debout d’autant plus si les primaires socialistes remportent un large succès.

Ai découvert un film, en salle, de Jerry Schatzberg, « Portait d’une enfant déchue » avec une Faye Dunaway tout simplement prodigieuse. Le film narre l’ascension et la chute brutale d’une mannequin-vedette qui sombre dans la folie. Faye Dunaway est hallucinante et sa violence nous bouscule, nous donnant envie de quitter la salle. Rôle qui rappelle celui de Gena Rowlands dans « Une femme sous influence » de Cassavetes ou celui d’Isabelle Adjani dans « Camille Claudel » de Brruno Nuytten.Le film date de 1970, année où Faye Dunaway tourna aussi « Little Big Man » d’Arthur Penn (avec qui elle avait déjà fait « Bonnie and Clyde), l’année d’avant elle tournait « L’Arrangement » d’Elia Kazan Kazan. Suivront entre autres, « Chinatown » de Polanski, « La Tour infernale », « Les 3 Jours du Condor » de Sydney Pollack, « Network » de Sydney Lumet, « Barfly » de Barbet Schroeder, « Arizona dreams » d’Emir Kusturica; « The Yards » de James Gray. Oups ! Quelle carrière ! Beaucoup de films devenus cultes avec le temps. Chapeau Madame !

…bonne semaine.