Municipales 2014 : gouvernement Valls 1, suite et fin…et tutti quanti…

 


Samedi 05 avril 2014:

Bernadette Chirac, 81 ans, réélue au conseil municipal de Sarran de Corrèze, a déclaré, entre deux toasts :

« Mon mari décline ; ma fille aînée, Laurence, est malade; ma fille cadette, Claude, m’empêche de voir mon petit-fils. Alors quand j’arrive ici (en Corrèze, NDLR), j’oublie mes soucis parisiens… »

Bernie, si tu en as trop gros sur la patate, n’hésites pas à appeler l’étasœur, tu sais bien qu’il sera toujours là pour toi.

« (Nanette va pas bien, est inconsolable et a le blues. Elle traine « un mal de vivre » que ses proches ne peuvent ou ne veulent (?) voir mais « …QUE PUIS-JE FAIRE POUR VOUS, MADAME, ET POUR LA CORREZE ??!!??? «  )

2237062-correze-bernadette-chirac-de-nouveau-candidate

7768065537_bernadette-chirac-candidate-a-l-election-cantonale-de-correze-recoit-le-photographe-de-l-afp-a-sarran-en-1979-aux-cotes-de-son-mari

1622057_ber-confiotes-chaumeil

7768065291_bernadette-chirac-au-volant-de-sa-voiture-en-mars-2004-en-correze-lors-de-la-campagne-pour-les-elections-cantonales

296008_l-ancienne-premiere-dame-bernadette-chirac-parle-avec-francois-hollande-au-conseil-general-de-correze-le-23-mars-2012

Parlons de nous, les français…

56%

d’entre les français trouvent que l’absence d’écolos au gouvernement est « une bonne chose »… Ah, que tu es vieille France, français; que tu ne vois pas plus loin que ton petit nez…

634054-passation-de-pouvoir-entre-cecile-duflot-g-et-sylvia-pinel-d-au-ministere-de-logement-a-paris-le-2-a

(la mère Duflot, les pères Canfin, & J.V. Placé, l’Orchestre Symphonique d’ EELV nous « les brisent menu », ne pensant qu’à leurs gueules et leurs petites carrières « de marquis de la 5ème République »…qu’ils se démerdent entre eux..exceptés Cohn-Bendit, Bové, Eva Joly (pas sur tout), Noël Mamère et quelques autres. La prise de conscience de l’Ecologie est VITALE POUR LA SURVIE DE LA PLANETE (et de ses habitants) mais doit être APOLITIQUE ET PRESENTE DANS TOUS LES PROGRAMMES DES PARTIS POLITIQUES DEMOCRATIQUES EN FRANCE ET DANS  LE MONDE)

 Une petite dernière affiche, pleine de légèreté, d’espoir et d’amour…

  en tournée dans toute la France !!! 10171857_286507234846923_1859165199_n

Vendredi 04 Avril:

11 H 20:        

Willem                                                                                                                                                                  ….c’est fait mon costaud !!!!!!!

BkXffkdCQAAC3RX

Lire la suite

Spécial Municipales 2014 – 1er Tour: analyses, commentaires, photos…

 Samedi (rien mais vraiment rien du tout…) 29 mars

(rappel… Lorsque c’est écrit en bleu, c’est que ce n’est pas l’étasœur qui écrit mais moi, son père, Anseaulme… Ce qui prouve, du coup, qu’avant-hier, hier et aujourd’hui, l’étasœur n’a rien foutu, certainement trop occupé à coller des z’affiches du FN partout dans ce nord de France qui ne sent pas que la frite mais le rance aussi…)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lire la suite

Cuisine(s) politique(s)

Hello toi,

Profitant de la sortie du film de Christian Vincent, « Les Saveurs du Palais », retour sur la relation qu’ont entretenu les hommes politiques avec la chaire et la table.  « J’ai besoin de retrouver le goût des choses… » dit François-Jean d’Ormesson Mitterrand  (il faut vraiment qu’il arrête de faire l’acteur !) à la fermière-cuisinière Danièle Mazet-Delpeuch-Catherine Frot quelques temps après sa prise de fonction à la confection des repas privés du président: brouillade de cêpes au cerfeuil; saumon en croute, pintade dans son jus de chez-pas-quoi. Un peu sofistiqué tout de même je dirais pour Mitterrand même si l’intention était généreuse de priviliègier le terroir et ses nombreux produits en s’éloignant de la cuisine protocolaire et
probablement prout-prout-pasdaboum de l’Elysée. Ca lui a permis en tout cas de semer la zizanie en cuisine et d’humilier le chef cuisinier officiel de la résidence présidentielle (mais Mitterrand adorait diviser les gens !).

Rendre hommage à la maitresse de maison ??…ça il le faisait excellemment bien le père Chirac !!! Je dirais même qu’il lui faisait honneur en se baffrant du matin jusqu’au soir…et ce en très grosses quantités, rendant hommage à Rabelais. Amateur d’abats (la fameuse tête de veau !), de charcuterie jusqu’à plus soif (il était commandé au meilleur charcutier de la ville un buffet pantagruélique de cochonnailles lors de tout déplacement de Chichi en province, le matin comme l’après-midi même si il avait fait ripaille auprès des élus visités)…« Tavernier !!!… du vin et votre meilleur!!… et bon dieu que vos femmes sont belles, appétissantes et girondes !!! ». A le voir arpenter chaque année le Salon de l’Agriculture ou sa Corrèze d’adoption, on se demande si Jacques Chirac a mangé durant sa jeunesse !! Il est triste de le voir maintenant diminué et fatigué alors qu’on l’a connu dévoreur, carnassier et quetard devant l’Eternel !!!

Sarko qui ne s’est pas gêné non plus avec le sexe féminin montre visiblement peu d’entrain « à prendre du plaisir en mangeant ». Il chipote, minaude et semble même en avoir peur: pizzas, pâtes, ravioles au foi gras (mais ceux de l’Hôtel Bristol), pas d’alcool mais des sodas. Probablement le président le moins « épicurien » de la 5ème République malgré le soutien des agriculteurs, électorat plutôt de droite il est vrai,  quoique que la tendance penche désormais plutôt du côté de Marine Le Pen.

De Gaulle quant à lui était classique et sans surprises dans ses choix: boeuf bourguignon, gigot ou rosbeef-purée du dimanche, hachis-parmentier, exigeant de déjeuner à 12h30 pétantes, réglant ses dîners privés lorsqu’il recevait sa famille ou ses amis à l’Elysée et devant mener la vie dure à Tante Yvonne !

Giscard, lui, a immédiatement mis en avant « la nouvelle cuisine française » incarnée par les hussards Paul Bocuse (toujours en activité), les frères Troisgros (de Roanne) ou Alain Senderens, en organisant des dîners où se côtoyaient politiques, artistes ou membres de la société civile. J’ai su, par l’un de ses invités réguliers, que le président finissaient ses côtelettes avec les doigts (très chic !). Il fut aussi le concepteur d’un nouveau genre en France: s’inviter à dîner ou à déjeuner chez un foyer de français moyen pour faire « proche du peuple ». Le film de Joël Santoni, « Les ouefs brouillés », s’en moqua gentiment. C’était les années 70, peu après le choc pétrolier de 1973 et le début de la fin des Trentes Glorieuses. La faim ?!?

en vrac 120

Salut les mickeys,

120ème « en vrac » qui ne s’arrête jamais durant l’été, en espérant vous divertir (un tout petit peu) ou vous donner quelques news.

« Pain, Amour et Fantaisie » de Luigi Comencini es ressorti en salles. Datant de 1953, ce film est un des tout premiers (voir le premier ?) de ce que l’on va appeler plus tard « la comédie italienne ». Un maréchal est nommé dans un village dont une paysanne « affole » les hommes par sa beauté et son physique de feu, le militaire ne va pas y échapper. Voir Vittorio de Sica chaviré par la poitrine de Gina Lollo(et oui !)brigida est délicieux. C’est plein de charme et d’humour. Gina est à tomber et De Sica en « vieux beau » hilarant. Y’a rien à faire mais la comédie italienne d’après-guerre…y’a rien de mieux !

Hollande ne rate pas une occasion pour retourner dans sa chère Corrèze. Officiellement c’était pour aller sur le Tour de France mais surtout un prétexte pour serrer des paluches et faire des mamours aux dames (tant pis Valérie…) et tester sa popularité (déjà inquiet Président ?). Il en a profité pour rendre une visite à Jacques Chirac dans son chateau de Bity, du côté de Sarran (enfin c’est surtout celui de Bernadette). L’entretien a duré, selon les médias, de 30 mn à une heure. Au menu: la Corrèze; François Mitterrand; l’Europe….mouais on saura pas quoi.

Il est vraiment trop fort ce Hitchcock.

Etonnant non ?

…bonne semaine.

Législatives 2012: Bilan 2ème Tour

Citoyens, citoyennes,

C’est une vague rose et hollandaise qui a déferlé sur quasiment tous le pays excepté l’Alsace et la Côte d’Azur. Ce fut une journée sanglante où il y eut des cris et des larmes. Quelques victimes et une entrée de 3 députés d’extrême-droite (ce qui n’était pas arrivé depuis 1986). Jamais un taux d’abstention n’avait atteint un tel record: 43,70 %. Sur les 577 députés formant l »hémicycle, 155 sont des femmes (26,9 %). Léger progrès par rapport à 2007 (18,5 %) mais les formations peuvent vraiment mieux faire, surtout à l’UMP (seulement 27 femmes). Concernant la diversité, c’est « quasi-nulle ».

Chez les plus célèbres, les stars !!!!…la première d’entre elles: Ségolène , en Charentes-Maritimes (1ère: 37,03 %). Trahie par un socialiste (Olivier Falorni) soutenu en sous-main par l’UMP rochelloise et vendéenne (Dominique Bussereau, président du Conseil Général des Charentes-Maritimes, et ce bon vieux de Raffarin). Bien gamelée la Royal  (l’affaire du « tweet » de Valérie Trierweiler n’a pas du arranger les choses !) qui a de plus mis un boxon sur les chaines de télévision annoncant son score dans une déclaration à 19h50 rompant avec les règles de campagne (pas de résultats avant 20h).

Il en fut de même à François Bayrou qui a perdu son dernier mandat . Y-a-t-il un avenir pour lui ? Lâché par tous, éreinté par l’UMP et le Nouveau Centre, va-t-il s’en remettre ? Pas sûr même si c’est « un animal politique » , à la peau dure, qui en a vu d’autres. Même chose pour Michèle Alliot-Marie et Jack Lang: bye-bye !…pas un au revoir non mais peut-être le bon moment de « poser les valoches » et de prendre sa retraite ? Voyager ? (la Tunisie par exemple Michèle mais à vos frais cette fois-çi ?!?).

La Meurthe-Moselle est « en deuil »: Nadine Morano (5ème: 44,33 %) et Valérie Rosso-Debord (2ème: 45,85 %) ont toutes les deux été dégagées: malgré les appels appuyés et revendiqués aux électeurs du FN. Pris au piège dans un canular téléphonique par l’humoriste-« militant socialiste » Gérald Dahan, Nadine va pouvoir ouvrir une poissonnerie (cela tombe bien,, leur nombre est en baisse en Lorraine !).

Claude Guéant ne sera pas député. Dans une triangulaire à Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, « l’homme de fer » de Sarko n’a pas réussi à gagner la 9ème circonscription (38,41 %). C’est un diissident UMP qui a gagné: Thierry Saulère avec 39, 35 %.

Toujours chez nos ténors de la politique, il y a eu quelques « chaud-aux-fesses » qui ont bien crus ne plus revoir l’hémicycle durant 5 ans: Nathalie Kosciusko-Morizet est passée « ric rac » à Longjumeau dans l’Essonne (4ème: 51,48 %). Chaud de chez chaud pour le père Xavier Bertrand à Saint-Quentin dans l’Aisne (2ème: 50,25 %) avec seulement 222 voix d’avance sur son adversaire.

Finalement cela s’est plutôt pas trop mal passé pour Pierre Moscovici dans le Doubs (4ème: 49,32 %) mais c’est pas non plus byzance !

Ca passe « à l’aise Blaise ! » pour Copé  à Meaux-(6ème: 59,53 %), Valls à Corbeil-Essonnes (1ère: 65,58 %) et aussi sans soucis pour Aurélie Fllippetti (quelles rimes !) en Moselle à Metz-Woippy (1ère: 59,04 %).

François Fillon a gagné, en parachuté dans la seconde circonscription ultra-droitisée de Paris, mais sans gloire et en plus au second tour (56,42 %).

Georges Tron (9ème: 43,25 %) dégage et va pouvoir se reconvertir en masseur spécialiste des pieds à Draveil dans l’Essonne.

Dédé Chassaigne, le père en politique de Tétard (qui lui a donné ses premières leçons de civisme, « le sein », l’a accueilli à bras ouvert dans sa ferme familiale quand Tétard était à la rue suite à l’abandon de ses parents) rempile pour un énième mandat dans la 5ème circonscription du Puy-de-Dôme (67,53 %).

Je rebondis en donnant le résultat du père, cette fois-çi biologique, de Tétard: Jean-Marie Tetart, brillamment (c’est vite dit !) réélu dans les Yvelines (9ème: 56,83 %).

Je voulais la semaine dernière féliciter Sophie Dessus, maire socialiste d’Uzerche en Corrèze pour avoir remporter, au premier tour, la 1ère circonscription de ce département avec 51,44 %. J’ai oublié. Pardon. Je rappelle que Sophie Dessus est cette élue aux cheveux blonds qui a plusieurs fois redonné « goût à la vie  » à Chchi lors de ses rares visites corréziennes (il ne peut plus les honorer aujourd’hui pour cause de grande fatigue). Jacques Chirac  était jouasse, tendre et taquin au grand dame de Bernadette en furie, sous l’oeil guoguenard de François Hollande. Ce fut de grands moments de télévision immortalisés par l’équipe du « Petit Journal » de Yann Barthès.

Je le disais au début de ce papier. Un très fort taux d’abstention et l’entrée de 3 élus de l’extrême droite à l’Assemblée Nationale: tout d’abord, la très jeune femme et déjà célèbre Marion Maréchal-Le Pen, petite fille de Jean-Marie et donc devient la benjamine de l’assemblée à 22 ans. La seconde entrée est le très médiatique avocat Gilbert Collard (Gard-2ème: 42,82 %) qui a été tour à tour mitterrandien, bernard-tapiste, chevènementiste et sarkozyste. Il a passé sa soirée à répéter sur tous les médias qu’il veut être un casse-couilles démocratique ». C’est devenu, ces dernières années, le grand potos de Marine Le Pen. Celle-çi a donc perdue dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Beaumont: 49,89 %). Il lui a manqué 118 voix pour battre le candidat socialiste Philippe Kemel. C’est une courte victoire qui masque l’échec des partis modérés dans cette région, englués dans leurs magouilles et leurs corruptions. C’est encore passé  pour cette fois-çi mais je crains que la prochaine fois soit la bonne pour Marine Le Pen si il n’y a pas de changements radicaux, notamment la fin d’un clientélisme malsain. C’est terrible à dire mais c’est un constat qu’il ne faut pas ignorer.

P.s.: Le troisième député d’extrême-droite, proche du FN mais officiellement exclu, est l’ancien maire d’Orange, Jacques Bompard,élu avec 58,77 % dans la 4ème circonscription du Var.

Lire la suite