en vrac 90

Salut les artistes,

90 ème numéro d’ « en vrac », un record et un exploit face aux attaques basses et mesquines de mon Boss, Tétard Volcanique. 90 dimanches à me mettre « la pression » si « en vrac » n’est pas publié avant midi. Tu sais quoi Tétard ? JE FAIS CE QUE JE VEUX !!! Non mais !!…et saches que tu ne me fais pas peur !!! Même plutôt marrer…avec tes grands principes à la noix !

Drôle, efficace, contestable ?…moi je trouve pas.

Canal+ a sa cérémonie ringarde chaque année, Les Césars. TF1 elle, c’est celle des Mis France. L’heureuse élue est Miss Alsace, j’en suis ravi pour elle !

En 1971, l »Etat décide d’étendre le camp militaire de La Cavalerie (sud-est de Millau) sur le haut-plateau du Larzac, dans l’Aveyron. 104 agriculteurs décident de résister face aux expropriations de leurs terres. Ils vont se connaître, apprendre à s’écouter et à travailler ensemble, rencontrer des maos, des hippis,des illuminés, des agriculteurs venus en renfort d’ailleurs (dont certains « éliront et adopteront » cette terre dont José Bové), feront pour certains quelques jours de prison, manifesteront en tracteurs à Rodez, monteront à pied à Paris (ils seront « stoppés » à Orléans par les syndicats), « reconstituront » une ferme grandeur nature au pied de la tour Eiffel avec brebis, apprendront à négocier avec les politiques et les syndicats d’ouvriers. La fin de partie sera sifflée par l’élection de François Mitterrand en mai 1981 qui décidera d’arrêter l’extension . Le combat aujourd’hui s’est déplacé sur les OGM, l’arrêt du gaz de schisme, la mal-bouffe of course (avec le « démontage » du Mac Do à Millau) bref ce que l’on appelle l’altermondialisme. Christian Rouaud raconte tout ça fort bien dans son formidable documentaire, « Tous au Larzac », terre militante, politique et contestatrice, peuplée d’ « emmerdeurs » citoyens.

Box-office français 2011, « Intouchables » à plus de 12.000.000d’entrées en 5 semaines d’exploitation… c’est fou !, non ?

« Carnage » est le nouvel opus de Roman Polanski. Je l’ai vu, c’est un huit-clos à 4 personnages oppréssant, qui nous tient en haleine pendant 80 minutes mais avec beaucoup d’humour. Le cinéaste maîtrise parfaitement bien sa mise en scène et son découpage dans un décor unique: ici un appartement. Rappelons-nous du « Couteau dans l’eau » (un bateau); « Cul de sac » et « La Jeune Fille et la Mort » (une maison). Polanski, à 78 ans, a encore du talent et reste un immense metteur en scène qui ne se « repose pas sur ses lauriers ». Sortie le mercredi 7 décembre.

…bonne semaine, les loulous.

Publicités