profil Depardon

Hello les baltringues,

Aujourd’hui est sorti le nouvel opus de Raymond Depardon, « Journal de France », co-écrit et réalisé avec sa compagne-productrice et son ingénieur du son, Claudine Nougaret. Ca vous cause Depardon ? Grand photographe-reporter-cinéaste everywhere in the world: l’Algérie, les USA, la Centre-Afrique, Djibouti, le Vietnam, le Vénézuela, la Tchécoslovaquie, Paris, Villefranche-sur-Saône dans le Rhône (sa région natale où se trouvait la ferme familiale), la France des sous-préfectures qu’il a arpenté avec son camping-car ces quatres dernières années. Fils
d’agriculteur, co-fondateur de l’agence Gamma, il a fait un peu aussi, dans ce qu’on appelle  aujourd’hui, le « people » (paparazzi comme l’a inventé Fellini). Mais pas longtemps, ça l’a un peu gonflé. Giscard, durant sa campagne, pour les présidentielles de 1974 lui a commandé un documentaire à sa gloire, se prenant pour Kennedy (« 1974; Partie de Campagne »). Depardon a accepté de le suivre mais forcément les « images » captées, les situations, les réflexions, n’ont pas été du gout de Giscard qui les a interdites (le son a beaucoup déplu à l’ex qui a voulu imposer une musique à Depardon qui l’ a refusée). Tout cela s’est détendu par la suite et Giscard s’est ravisé en 2002 et a donné son accord pour une exploitation en salle et télé-dvd. Ouf. C’est très drôle, passionnant mais pas toujours à l’avantage de l’ex mais pas déshonorant.

Part 1 Part 2 Part 3

Par ses origines paysannes,  Depardon a entrepris en 2001, une longue enquête et une photographie, en trois parties et sur plusieurs années, sur le monde paysan, issu de l’agriculture de moyenne montagne, intitulé: « Profils Paysans ».Nous retrouvons plusieurs familles, du monde rural, en Lozère, Ardèche et Haute-Loire,. Quelques jeunes agriculteurs s’installent parfois dans ces régions. Les vieux ne sont plus remplaçés. De nombreuses exploitations se transforment en résidences secondaires. Outre le phénomène de désertification des campagnes, les femmes ont disparues à partir de la fin des années 60. Elles peinent à revenir. Beaucoup d’hommes ne se sont pas mariés. Sur 3 films (2001; 2005 et 2008), Depardon (au cadre) et sa productrice (au son) reviennent voir deux frères vieillissants, des couples jeunes et plus âgés, un célibataire. C’est passionnant et très touchant. Mais jamais larmoyant, Depardon a su les apprivoiser et se faire « adopter » (souvent autour d’un café dans la cuisine).

Documentariste depuis 50 ans, Raymond Depardon a filmé beaucoup la machine policière et judicaire (« Faits divers« 1982; Délits flagrants »1994; « 10ème chambre, instants d’audience » 2004), le monde de la presse (« Numéro zéro » 1977; « Reporters » 1981), celui d’un hôpital (« Urgences » 1988), l’Afrique (« Comment ca va, ma douleur ? » 1996). Il a tourné 2 films de fiction: « La captive du désert »1990 (avec Sandrine Bonnaire dans le Ténéré) et « Un homme sans l’occident » 2003 (que j’ai trouvé super chiant). Il a aussi filmé  la vie d’un commissariat de police du 5ème arrondissement parisien et tenter d’approcher et de comprendre »la folie » (un des dada de Depardon ) : ses documentaires sur des hôpitaux psychiatriques italiens et français en témoignent.

C’est un grand taiseux, souriant, calme, malicieux mais à qui, rien n’échappe. Il a regard tendre mais parfois cinglant.

Pour finir, Raymond Depardon a été choisi par François Hollande, il y a 3 semaines, pour faire la photo présidentielle officielle. Y’a comme on dit débat sur le résultat, ce n’est pas à mon avis ce qu’a fait de mieux le célèbre cinéaste-photographe…question d’angle et de point de vue !

Publicités

6 réflexions sur “profil Depardon

  1. Au premier regard, le portrait officiel parait banal (normal ?). C’est un choix… Et puis plus z’on regarde la photo, plus z’on se rend compte qu’elle est tout sauf banal. Là est le talent de Depardon !
    Léger mouvement, léger sourire… La photo, contrairement aux z’autres (et même celle de Mister Jack), n’impose pas l’homme comme étant le dieu sur terre. Pareil pour la fonction de l’homme, regardons le côté surexposé du bâtiment et de ses drapeaux (discrets mais présents !!).
    Cette humilité honore le photographe et le photographié, enfin moi, je trouve ça honorable…

    Toutes les photos officielles mettent en valeur nos chefs de façon lourdement pompeuse. Palme d’or pour VGE et le petit Nico…

    http://zanybao.wordpress.com/2012/06/02/la-photo-la-photo-la-photo/

    • Elle n’est pas nulle la photo mais je la trouve pas si « décalée » que ça même si lui donner du mouvement est une belle idée.

      • Elle n’est pas décalée du tout. Elle répond au cahier des charges mais avec un p’tit truc en plus qui fait toute la différence. D’où, peut-être, cet étonnement que les z’autres ne provoquent pas…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s