en vrac 95

Bonjour toi,

« en vrac » traverse les modes, les époques, traçant « son bonhomme de chemin », tranquille, pépère et à son rythme.

« Alors est-ce qu’il va être bon ??!!??…pourvu qu’il ne soit pas mou et flou !!!…mais pourquoi a-t-il gagné les primaires ???!!???…Oh mon Dieu, il va se faire manger par Sarko !!! ». OuUUUffFFF !!! Le militant socialiste est rassuré, la faune médiatique calmée et la majorité sonnée. François Hollande a monopolisé toute la semaine les antennes, de son meeting de lancement de campagne au Bourget, dimanche
dernier, devant 10.000 ? 15.000 ? 20.000 ? 25.000 (on n’a jamais su le chiffre exacte !) à sa présentation chiffrée de son programme, jeudi matin devant la presse, à son émission de télé sur France 2, le soir même, avec comme apothéose un mini-débat avec Alain Juppé où ils ont fait tous les deux « les coqs » et passé leurs temps à s’envoyer « des douceurs » à la tronche (ce fut drôle, parfois). Manifestement, depuis le début de sa carrière (1980-81), François Hollande est systématiquement sous-estimé, d’abord par son propre camp , les Martine Aubry (ok, il y a un « passif » entre elle, son père et lui), Ségolène Royal (bizarre alors qu’ils ont été marié !?!), ou Laurent Fabius (qui le surnomma tantôt « Flambi » ou « Fraise Tagada.. ») et bien sûr par Sarkosy et son big-band qui commencent à avoir sérieusement « les chocottes ». Mais, mais, mais le Président va parler ce soir, devant pas moins de 7 chaines de télévision (TFOne; France 2; BFM TV; I. Télé; LCI; la Chaine Parlementaire et France 24,) et devrait nous faire des annonces capitales pour l’emploi et la ré-industrialisation du pays mais ne pas annoncer sa candidature. Ah bon ?? Sarko serait candidat ??

Comme quoi,le sentiment moral est, somme toute, très subjectif.

Tu vois mon P’tit Tétard, y’a pas que moi qui fait des fautes d’orthographe !

 

 

Comme on le disait dans le temps à la tévé, « réalisé sans trucages ».

Cela serait donc vrai !?!

Après « France Soir » disparu le 13 décembre 2011, le quotidien économique « La Tribune » parait, dans sa version papier, pour la dernière fois, aujourd’hui. La presse française perd l’un de ses enfants, né en 1985. Exemple typique d’un groupe de presse qui fut « mal-aimé » et malmené par ses multiples actionnaires sans vraiment y croire et voulant pour la plupart d’entre eux « faire un coup ». Rajoutez à cela l’arrivée d’Internet et de ses conséquences sur l’économie de la presse quotidienne internationale obligeant ses acteurs (patrons de presses; journalistes…) à changer leur modèle économique et à étoffer et développer leur contenu. Une version numérique « allégée et dégraissée » de « La Tribune » va subsister, avec peut-être aussi une version papier hebdomadaire.

…bonne semaine.

Publicités