Indigné(s)

Salut les loulous,

Les Indignés de Grèce, de Madrid, Barcelone ou Lisbonne, de Wall Street ou de La Défense (si si !) ont perdu une de leurs « mamans » protectrices, un soutien et une »conscience, Danielle Mitterrand. Une des Premières Dames de France s’est éteinte, hier matin, de souffrance respiratoire à 87 ans. Quelle combattante et ce jusqu’au bout: indignée par le sort des Kurdes irakiens, des Saharaouis du sud-marocain , de la privatisation de l’eau, par les sans-abris, portant « la cause perdue » du sous-commandant Marcos, du Dalaï-Lama, quitte à tomber parfois dans « babaisme aveugle » (le soutien et l’amitié pour Fidel Castro et son régime dictatorial). Entrée dans la Résistance à 17 ans, elle fit la rencontre de sa vie, « Morland », de son vrai nom François Mitterrand. « A la vie à la mort » mais pas question de laisser tomber ses combats au nom de la diplomatie française quand Mitterrand atteignit la fonction suprême. Le Président-mari a feint (?) l’indifférence pour les activités militantes de son épouse, quitte à frôler très souvent « des incidents diplomatiques » et probablement aussi amusé. Danielle Mitterrand a aimé son homme, l’a porté, l’a finançé avec sa famille et lui a aussi « pardonné » en acceptant Mazarine (la fille cachée). Oui, Danielle Mitterrand était une vraie indignée (une sacré bonne femme ! pourrait-on dire), révoltée par l’injustice. Tous ceux qui combattent et s’insurgent, dans le monde, contre les ravages de la finance, la montée des prix des denrées de première nécessité, la hausse des loyers mettant des gens à la rue, un chômage affolant chez les jeunes, sont orphelins aujourd’hui.

Publicités